Avocats

CONTRE LA RÉPRESSION, L’ARRESTATION ET L’INCARCÉRATION DES MANIFESTANTS PACIFIQUES : Imposante marche des avocats à Alger

Des centaines d’avocats ont organisé, jeudi dernier, une marche pacifique à Alger, pour réclamer la « libération de la justice » et l’’instauration d’un « Etat de droit ». Les avocats reprennent avec l’action pacifique de rue pour réaffirmer leur implication et engament dans le Mouvement populaire pacifique pour le changement du système politique en place et exiger la libération des détenus du mouvement, depuis son entame le 22 février dernier, dont le moudjahid, Lakhdar Bouregâa.
Les avocats se sont d’abord rassemblés au niveau du tribunal de Sidi M’hamed, avant d’entamer une marche en direction de l’Assemblée populaire nationale (APN) en brandissant des pancartes sur lesquelles, ils ont écrit «Liberté d’opinion, liberté de circuler», «Algérie libre et démocratique» et «Justice indépendante ». Les avocats ont, en effet, exprimé leur condamnation aux atteintes à la liberté d’expression et de manifester pacifiquement, notamment à Alger, exigeant, ont-ils scandé, « la libération des manifestants détenus », en citant Lakhdar Bouegâa et les manifestants arrêtés lors des marches pacifiques du peuple algérien, des vendredis, puis placés en détention provisoire.
Parmi les avocats qui ont battu le pavé, lors de la marche des robes noires, à Alger, Mokrane Aït Larbi, Zoubida Assoul, Aouicha Bekhti, Abdelghani Badi, Mustapha Bouchachi et Boubaker Hamaïli.
M. W.