CNESE

CNESE : Institution consultative incontournable de par son rôle et ses missions

Le Conseil national économique et social (CNESE), qui a durant deux décennies été considéré comme inexistant ou presque, est en voie de connaitre un nouveau souffle, lui permettant de retrouver sa force d’antan. C’est en tout cas ce qui est attendu après l’installation hier des membres de cette instance par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Le CNESE a connu en effet une traversée du désert pendant prés de 20 ans. Une période durant laquelle il n’a pu accomplir le rôle pour lequel il a été crée et ce pour de nombreuses raisons et considérations. Pourtant, il fut à un moment donné si agissant, au point où ses sessions annuelles étaient attendues comme des rendez-vous majeurs de l’économie. Les rapports de conjoncture et de développement humain du Cnese, étaient autant de baromètres qui permettaient de prendre le pouls d’une économie déjà très malade de sa rente. Il est, donc, attendu de cette installation à ce qu’elle insuffle une nouvelle dynamique au CNESE en vue de répondre aux attentes de la conjoncture économique actuelle. Et surtout à ce qu’il puisse être un outil de soutien à la décision publique et d’ouverture sur les libertés économiques, collectives et individuelles et d’éclairage de l’opinion publique pour davantage d’adhésion aux politiques publiques. À relever que dans une feuille de route initiale a été présentée par le président actuel du Cnese, Redha Tir, en mars 2020, porté sur dix points dont la révision de la vision du Conseil qui doit davantage s’ouvrir à l’international, outre l’élargissement du droit de recours au CNES pour englober le Parlement et les requêtes populaires en sus de l’examen des conséquences et des différents scénarios relatives aux politiques publiques tout en réorganisant les comités et les services pour l’établissement des relations sectorielles.

Des rôles et objectifs multiples au service des intérêts de l’État
Il est bon de savoir, que le Conseil national économique et social et environnemental  est une institution consultative, cadre de dialogue, de concertation, de proposition, de prospective et d’analyse, dans tous les domaines de la vie des citoyens et de la nation. Il a été créé le 6 novembre 1968 par l’ordonnance n° 68-610, modifiée le 14 octobre 1970 par l’ordonnance n° 70-69. Il est dissout par le Décret présidentiel n° 76-212 du 30 décembre 1976. Il est créé à nouveau par le décret présidentiel n° 93-225 du 5 octobre 1993, modifié par le décret présidentiel n° 96-156 du 4 mai 1996, puis modifié par le décret présidentiel n° 21-37 du 6 janvier 2021. Le Conseil a de multiples rôles et objectifs. Ceux-ci se traduisent par notamment la participation au développement durable à travers l’irrigation et l’animation des espaces de dialogue, de concertation et de coopération avec les autorités locales, la dynamisation et la contribution à l’organisation et à la facilitation du dialogue social et civil, de sorte à concourir à l’apaisement du climat économique et social, l’initiation à toute étude visant l’évaluation de l’efficience des politiques publiques dédiées au capital humain et de l’efficience des politiques sociales, et enfin à travers l’évaluation des stratégies dédiées aux secteurs agricole et des ressources en eau et la consolidation du Cnese la sécurité alimentaire. Le CNESE joue également le rôle de dialogue avec les partenaires économiques et sociaux nationaux, en proposant et recommandant au gouvernement toutes les mesures et dispositions d’adaptation ou d’anticipation des politiques publiques, la promotion de la participation des représentants de la société civile aux politiques de développement économique, social et environnemental, et enfin favoriser la contribution de la communauté algérienne à l’étranger à l’effort du développement national. Le CNESE œuvre en outre à défendre les intérêts économiques de l’État, à impliquer les représentants des organisations professionnelles dans les politiques d’appui au développement économique, social et environnemental, et celles visant la promotion du capital humain, et aussi à promouvoir la concertation et les échanges avec les institutions homologues et similaires visant la création d’espaces régionaux et internationaux. À noter, d’autre part, que le CNESE formule des propositions et des recommandations au gouvernement, en émettant, à titre d’exemple, des avis sur les projets en relation avec les attributions du Conseil, ainsi que sur les projets de lois de finances. Il formule également sur les stratégies nationales visant à promouvoir l’émergence d’une économie durable, diversifiée et fondée sur la connaissance, l’innovation technologique et la numérisation.
Ania Nait Chalal