alps

CINQ MOIS DE GUERRE AU SAHARA OCCIDENTAL : L’Armée marocaine érige des checkpoints pour empêcher la désertion de ses soldats

Les unités de l’Armée populaire de libération sahraouie (APLS) ont mené, vendredi et samedi derniers, de nouvelles attaques contre les positions des forces d’occupation marocaines, tout au long du mur de la honte, séparant les territoires du Sahara occidental selon un communiqué du ministère de la Défense sahraoui. «Des unités de l’armée sahraouie ont bombardé vendredi les positions des forces d’occupation dans la région d’Achrak Laghrab relevant du secteur Guetla », a indiqué le 143e communiqué rapporté par l’agence de presse sahraouie (SPS). Durant la journée de samedi « les unités de l’armée sahraouie ont mené de nouveaux bombardements visant les positions des forces d’occupation retranchées dans la région de Ras Fedra dans le secteur de Hawza et dans la région de Ras Chedhima dans le secteur de Mahbes ». Des « bombardements violents ont également visé les positions des soldats d’occupation au nord d’Akrara Lahdid et à Lakssiene dans le secteur de Frissa ». Les attaques des combattants de l’APLS continuent de cibler les positions des soldats d’occupation, qui ont subi des pertes considérables en vies humaines et en matériel le long du mur de la honte », a également indiqué le communiqué du ministère de la Défense sahraoui. Pour rappel le 13 avril prochain marquera cinq mois depuis le déclenchement de la guerre au Sahara occidental, cinq mois d’attaques de l’APLS contre les bases marocaines du mur de défense militaire et jusqu’à des zones au sud du Maroc. Selon des experts militaires sahraouis, ces attaques ont désorganisé diverses parties du mur militaire de défense marocain. Les destructions matérielles causées par les bombardements ont causé des dommages difficiles à déterminer étant donné le blak out imposé par le Maroc qui va jusqu’à nier la guerre , pour continuer à alimenter sa propagande et faire venir des investisseurs hypothétiques et aussi maintenir le statuquo en entravant les actions de l’ONU en posant des obstacles à la nomination d’un représentant du SG de l’Onu pour faire avancer le règlement du conflit .Mais selon les responsables militaires sahraouis la guerre d’usure que subit le Maroc -mais qui pourrait a tout moment prendre plus d’ampleur – a provoqué la désorganisation et la perturbation de la structure militaire du mur de la honte qui divise le Sahara occidental. À tel point que le commandement militaire marocain a érigé des checkpoints derrière le mur, dans les territoires sahraouis occupés, pour empêcher la fuite et les désertions de ses soldats et les oblige à rester dans leurs tranchées subissant les bombardements de l’APLS au quotidien sans réaction avec le moral au plus bas. Tout au long de ces mois de geurre l’Armée populaire de libération sahraouie a détruit et continue de détruire les champs de mines et les tranchées qui sont en première ligne de défense du mur militaire de défense marocain. Les unités d’artillerie sahraouies et notamment celles de la sixième région militaire lancent leurs roquettes vers les bases des FAR et les points d’observation de la région de Mahbes. L’APLS maintient le siège des bases 19, 20 et 23 de l’armée marocaine selon des sources militaires sahraouies. Le secrétaire général du ministère sahraoui de la sécurité et de la documentation (MSDS) a menacé l’armée marocaine de mener des opérations militaires d’envergure et , a rappelé ce qui s’est passé en 1991 lorsque le roi Hassan II a été contraint de reconnaître le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, en échange de la signature d’un accord de cessez-le-feu. L’évolution des développements de la situation militaire au Sahara occidental mais aussi les dernières évolutions de la situation au plan diplomatique après les importantes décisions du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine et dans la perspective de la réunion le 21 avril prochain du Conseil de sécurité de l’ONU seront sans nul doute au centre de la conférence de presse que tiendra ce lundi à Alger le ministre sahraoui des affaires étrangères, Mohammed Salem Ould Salek.
M. Bendib