Cinéma : pourquoi Hulk n’a-t-il toujours pas de film en solo post-Avengers ?

En dépit de sa popularité au sein des films Avengers, le destin cinématographique du géant vert ne semble toujours pas s’orienter vers une carrière solo. À l’issue du premier Avengers, beaucoup s’accordaient à dire que le personnage de Hulk avait été intelligemment utilisé par Joss Whedon. Ce qui relevait carrément du miracle tant le superhéros semblait jusqu’ici être un obstacle pour Marvel Studios qui considère comme des échecs les deux tentatives que sont Hulk en 2003 et sa suite/reboot (déjà ça devient louche) L’Incroyable Hulk en 2008. Avec l’acteur principal fatalement remplacé à chaque fois. Bref, bilan un peu triste pour le géant vert. En 2012 Avengers change tout, puisque, non content d’intégrer Hulk à la joyeuse bande, le film en fait sa mascotte, un des enjeux principaux et la source des gags les plus cartoonesques possibles, le passage à tabac de Loki en tête. Ce qui posait problème dans ses aventures solos devient un des moteurs du film de groupe.
Bien sûr, impossible de savoir si cette dynamique allait relancer les aventures solos du personnage, mais Bruce Banner n’était plus dans un cul-de-sac. Il y avait en théorie la possibilité de retenter une approche. Sauf que d’un point de vue pragmatique, absolument rien n’a été fait pour étendre le background de Banner, ou même ne serait-ce que rappeler vaguement son existence aux spectateurs, alors qu’à la base, il est bel et bien là depuis longtemps. Souvenez-vous : Captain America avait une « apparition » dans L’Incroyable Hulk où les plus maniaques pouvaient distinguer le corps congelé dans la glace en bourrinant la touche arrêt sur image ; et bien sûr il y avait déjà la traditionnelle scène du générique entre Tony Stark et le général Ross. A partir de là, c’est le néant. Au maximum le nom de Banner est évoqué dans d’autres films, et quand il se permet une apparition c’est pour un ultime gag dans Iron Man 3, qui ne débouche sur rien à part un clin d’œil au spectateur. Lorsqu’il est mis en scène dans Avengers et Avengers2, personne, lui y compris, ne parle jamais de ses anciennes mésaventures : Betty, le général Ross, jusqu’au super méchant L’Abomination, ils sont tous dans les limbes. Preuve si on en doutait encore que non seulement les studios n’envisagent pas de nouvel essai solo mais qu’en plus il s’agit de faire un peu oublier les ponts établis dans la phase 1, comme une saleté assez honteuse qu’on repousse sous le tapis. En septembre dernier, Mark Ruffalo expliquait calmement à MTV qu’il ne fallait plus attendre de film solo pour son héros : « Je crois qu’ils en ont assez, ils ont déjà essayé, je crois qu’ils ne savent pas du tout dans quelle direction amener le personnage ». Pourtant, entre temps, Marvel Studios a fait du chemin et s’est lancé dans des adaptations hautement plus casse-gueule et improbables, Les Gardiens de la galaxie et Ant-Man en tête. Alors on est en droit de se demander ce qui empêche tant que ça Hulk d’avoir droit à son film consacré. En tout cas il est toujours absent du calendrier Marvel, malgré les déclarations de Kevin Feige qui se voulait, lui, rassurant face à MTV : « Est-ce que je pense que Hulk peut porter tout seul un film aussi divertissant qu’Avengers? Oui. Il n’y a pas grand-chose d’impossible à faire au cinéma, comme l’univers Marvel s’étend de plus en plus… Planet Hulk et World War Hulk sont des histoires cools ». En creux, on a là le nœud du problème : la version de Hulk qui fonctionne dans les 2 Avengers ne peut marcher que dans cette dynamique de groupe. Se concentrer sur un Hulk solo, cela aurait été possible avant, à peu près à la période où Thor et Captain America faisaient leurs débuts. Or, à ce niveau Banner a loupé le coche. Lui consacrer un long-métrage en mode soliste sonnerait presque comme un retour en arrière : on aurait encore et toujours son problème de contrôle et la solitude qui en découle… Or c’est déjà ce qui caractérise Hulk dans Avengers. La réussite du personnage remanié par Whedon signe aussi sa fin définitive en solo. Il ne devient important et intéressant que confronté aux autres superhéros. Sans parler du côté pragmatique : vu la nature de Banner, il ne serait pas logique de le lâcher dans la nature livré à lui-même, là où un Thor/Captain/Iron Man peut parfaitement s’illustrer sans demander de renfort. Hulk est pertinent dans Avengers précisément parce qu’il est le Jekill et Hyde de l’équipe, l’as qu’on garde dans sa manche pour les plus grandes batailles… mais rien n’a été fait pour en tirer autre chose. La « lutte intérieure » promise par l’acteur relève du gimmick, l’amourette avec Black Widow aussi, la créature est à nouveau manipulée pour affronter ses collègues, et basta.
En revanche, les propos de Feige qui cite Planet Hulk et World War Hulk sont assez révélateurs. Ces deux sagas qui se suivent sont relativement récentes : dans la première, le héros est jugé incontrôlable et forcé à l’exil par se « amis » terriens, qui l’envoient sur une planète éloignée. Evidemment, c’est une planète habitée, dirigée par un dictateur et Hulk, d’abord utilisé comme Gladiateur, se la joue Spartacus avant de finir par renverser le tyran et diriger lui-même la planète. Dans World War Hulk, il revient sur Terre avec ses nouveaux amis extraterrestres pour en découdre avec ceux qui l’ont banni. Dans les deux cas, l’utilisation du personnage découle du même procédé : il n’est jamais « seul » et l’intrigue suit sa confrontation avec de nombreux nouveaux ennemis qui deviennent ses alliés, puis tous ses anciens amis devenus ennemis. On comprend mieux ce qui peut séduire le boss de Marvel Studios là-dedans : ça rappelle l’utilisation de Banner dans les derniers films. Dynamique de groupe encore et toujours. Rappelons deux secondes le côté « administratif » de la chose : comme pour Spidey qui a quand même pris des années pour être intégré, Marvel Studios rechigne énormément à racheter intégralement Hulk à Universal qui garde le privilège des films solo mais qui n’en fait rien… tout en garantissant apparemment à Ruffalo de pouvoir l’incarner quoi qu’il arrive pour un certain nombre de films (la magie des notes en bas de page des contrats, on ne le dira jamais assez).
Vient ensuite ce qu’on voit à la fin de L’Ere d’Ultron : Hulk décide de ne pas répondre à Black Widow qui précise qu’elle ne peut pas le localiser. Une porte ouverte qui pourrait rétablir une base pour au moins une aventure solo, mais pour toutes les raisons évoquées précédemment, c’est hautement improbable. Lorsque Feige s’exprime sur l’avenir de Hulk face à Screenrant, c’est pour ne rien dire : «Je ne sais pas ce qui va arriver, on ne sait pas où va le personnage à la fin du film… on verra». Les dernières images qui nous montrent le colosse semblent être une astuce bien commode pour le faire ressurgir dans… à peu près n’importe quel autre film à venir où l’on aurait besoin de lui en fait. Y compris en rachetant les droits « solo » à Universal. Mais pour des aventures en solitaire dignes de ce nom, il faudrait bâtir (et surtout écrire) à nouveau un univers autour du personnage en tant que héros à part entière, chose que personne ne semble décidé à faire pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>