Arar

CENTRE D’ÉQUITHÉRAPIE POUR ENFANTS AUTISTES DE BEN AKNOU (ALGER) : Arar promet d’intervenir pour «empêcher sa fermeture»

Contacté, hier, au sujet de la fermeture annoncée du Centre d’équithérapie pour enfants autistes « Club Espoir » de l’Association «El Amel», situé au cœur du Parc zoologique de Ben Aknoun, à Alger, le président du Réseau algérien pour la défense des droits de l’enfant (NADA), Abderrahmane Arar, nous dit ce qu’il en pense.

Quoiqu’il dise «ne pas être au courant», notamment de la mise en demeure faite par la direction du Parc, via la société SIH (Société d’Investissement Hôtelier) dans un délai de 90 jours», Arar assure que « ce centre d’équithérapie « Club Espoir » ne va pas fermer ces portes parce qu’il y a beaucoup de familles qui ramènent leurs enfants pour faire des thérapies avec les chevaux», a-t-il expliqué les raisons.
À ce propos, le même responsable a rassuré qu’ « il va les soutenir et s’il y a un problème de location ou un problème administratif, il va le régler.» Mais, a-t-il indiqué, «ce centre ne va pas fermer », en expliquant qu’«on ne va pas les laisser tomber. On va intervenir avec les responsables pour arrêter cette fermeture » a-t-il affirmé. Pour rappel, l’association El Amel, située au cœur du Parc zoologique de Ben Aknoun, à Alger, a lancé, depuis quelques jours, un cri de détresse pour sauver le centre d’équithérapie « Club Espoir », dédié aux enfants autistes, a-t-on appris d’un communiqué publié à cet effet. Cet appel intervient après que cette association ait reçu une mise en demeure de la direction du parc, via la société SIH (Société d’Investissement Hôtelier). L’association a écrit dans son communiqué« nous sommes abasourdis de recevoir une mise en demeure de la direction du parc, via sa société SIH, qui nous oblige à quitter les lieux dans un délai de 90 jours !!» en poursuivant « Les dirigeants souhaitent transformer notre activité caritative en un espace commercial et s’approprier notre lieu !», ont souligné les membres de l’association El Amel. Ces derniers ont précisé que « leur association est indépendante, et ne vit que des adhésions des membres et de donateurs sensibles à cette cause »ajoutant « nous ne bénéficions d’aucune subvention pour maintenir notre indépendance », ont-ils souligné. L’association a rappelé dans son communiqué qu’elle œuvre depuis de nombreuses années pour offrir un lieu et une activité unique aux enfants souffrant d’autisme en Algérie, en faisant savoir que «Plus de 2 000 enfants autistes ont bénéficié de cette activité, venus des quatre coins d’Algérie, car il y a de nombreux parents qui se sacrifient pour venir à Alger et offrir ce moment unique à leurs enfants en souffrance », a indiqué le communiqué. El Amel espère, à travers son appel, un maximum de soutien de la part des citoyens, en lançant une pétition sur le web, «Nous devons tous nous mobiliser pour que cette mise en demeure et cette décision catastrophique cessent immédiatement », lance l’association sur son texte en affirmant que « l’autisme est l’affaire de tous ! » À noter que la pétition est déjà signée par 1 780 personnalités jusqu’à maintenant. En espérant attendre les 2 500 autres, l’association a mis à la disposition des personnes qui veulent participer, le lien de la pétition sur le site spécialisé (www.change.org)
Lilia Sahed