Boris Frosteddu sur les Accords UE-Maroc : «Des pays de l’UE profitent de la colonisation marocaine au Sahara occidental »

Les membres de la délégation du comité et de la société civile en Belgique en soutien à la cause du peuple sahraoui ont dénoncé, hier, les pressions des lobbyings et les manœuvres de responsables européens, pour faire passer un nouveau texte d’Accords de coopération entre l’union européenne (UE) et le Maroc, en violation de la décision de justice du Tribunal de l’UE, du droit européen et international, car incluant le Sahara occidental, territoire soumis à un processus de décolonisation.

Le responsable de la délégation belge, M. Boris Frosteddu, de soutien à la cause du peuple sahraoui dans sa lutte pour son indépendance, a appelé hier, les responsables européens « à faire partie de la solution pour mettre fin à l’occupation marocaine, au Sahara occidental » et non pas, a-t-il insisté « à faire perdurer la colonisation marocaine» a déclaré M. Boris, animant une conférence-débat, hier, au Forum d’Echâab avec Sarah Bendtzen, membre de l’Observatoire des ressources naturelles du Sahara occidental (WRSW). Sur la visite qu’ils ont effectué, avec d’autres membres de la délégation belge précitée, aux camps des réfugiés sahraouis, lors de laquelle ils ont rencontré des membres de la société civile sahraouie et des membres et responsables du Front Polisario et de la République arabe sahraouie, les intervenants se sont engagés hier, à « redoubler » d’efforts pour faire entendre davantage la voix du peuple sahraoui, auprès de l’opinion et des institutions de l’Espace européen. Si, pour le militant Boris Frosteddu, il sera question, à l’avenir, dans le cadre des actions du comité belge de soutien à la cause du peuple sahraoui de « donner plus de visibilité à la justesse de la lutte du peuple sahraoui pour son indépendance», pour Sarah Bendtzen, son observatoire redoublera d’efforts dans ses missions de « sensibilisation» en direction des acteurs économiques, pour que cesse « la dilapidation » des ressources naturelles du peuple sahraoui, par le Maroc et ses soutiens dans sa colonisation du Sahara occidental. Après avoir souligné que ce qu’il interpelle le plus, « c’est l’hypocrisie » et la « politique de deux poids deux mesures de responsables européens » en direction des droits légitimes du peuple sahraoui, « bafoués à travers leur soutien à l’occupation marocaine au Sahara occidental ». Affirmant, dans ses réponses aux questions des journalistes, « la légitimité du droit du peuple sahraoui à la liberté et l’indépendance », le militant belge, Frosteddu avertit des responsables de pays européens et de la commission de l’UE, sur les conséquences « de leur politique de soutien à l’occupation marocaine au Sahara occidental » notamment en faisant fi du Droit international et européen. L’invité du Forum dira, en effet, que cette politique « pousse le peuple sahraoui à faire valoir ses droits indéniables par son droit légitime à reprendre la lutte armée » alors que, l’application de la Légalité internationale, « garantit le règlement pacifique du conflit » opposant le front Polisario et le Maroc, par l’organisation du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, mission principale de la création de la mission des Nations unies au Sahara occidental (Minurso). Et pour revenir sur les manœuvres visant à inclure dans les Accords UE-Maroc, le Sahara occidental, en violation avec le Droit international et européen, ainsi que les décisions de la Cour de justice européenne, les intervenants ont insisté sur « la nécessaire condition à respecter » par les responsables européens, à tous les niveaux, celle « du consentement de l’unique et légitime représentant du peuple sahraoui, le Front Polisario » concernant toute activité économique et autres dans l’espace géographique du Sahara occidental. Alors qu’aucun pays ne reconnaît la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, question de décolonisation inscrite à l’ONU et à l’Union africaine (UA) et le Parlement de l’UE exclut toute adoption d’un accord de coopération UE / Maroc, incluant le Sahara occidental, les intervenants ont dénoncé, l’entêtement de la Commission de l’UE à violer la législation européenne, en la matière, par un texte d’Accord avec le Maroc, n’excluant pas les produits du Sahara occidental. Pour rappel, le Front Polisario a appelé mardi dernier, le Parlement européen à rejeter l’accord commercial « illégal » signé avec le Maroc et à se pencher sérieusement sur « la grave situation » des atteintes des droits de l’Homme, notamment dans les territoires sahraouis encore sous occupation marocaine. Pour les deux intervenants « le Front Polisario serait dans son droit légitime de recourir à la justice pour faire valoir les droits du peuple sahraoui, sur ses richesses naturelles », sans manquer de relever «si le Parlement européen adopte un texte en violation des droits du peuple sahraoui », le dit texte, « serait aussi en violation des lois européennes » a averti Boris Frosteddu. Indiquant que les intérêts économiques des pays de l’UE «convergent avec le colonialisme marocain au Sahara occidental et en profitent » et de préciser qu’il s’agit bien « de pays occidentaux et non pas de la Chine » a-t-il lancé.
Karima Bennour