Casbah

ALI MEBTOUCHE, PRÉSIDENT DE LA FONDATION CASBAH : «La Casbah sans artisans et sans touristes est un corps sans âme»

À l’occasion de la Journée nationale de la Casbah, invité hier, au Forum d’El-Moudjahid, le président de la Fondation Casbah- Association de sauvegarde de la médina d’Alger, Ali Mebtouche a exprimé son opposition «aux activités touristiques qui se font par des jeunes anonymes» dans les rues de la Casbah, en l’absence de l’encadrement de l’État.
Les qualifiant de «faux guides», ces jeunes qui pourtant ont réussi à faire découvrir et aimer la Casbah aux nombreux visiteurs, d’ici et d’ailleurs, Ali Mebtouche affiche son opposition à l’activité que mènent ces jeunes, en lançant leurs plannings des visites de cet endroit mythique d’Alger, via les réseaux sociaux. Ne manquant pas de mettre en avant les risques de vols et d’agressions de groupe de touristes, locaux ou étrangers, il dira également que ces jeunes-guides «fournissent des fausses informations sur l’histoire de la Casbah». À notre question de connaître les raisons d’absence d’encadrement de ces guides touristiques, notamment par des membres de la Fondation qu’il préside, Mebtouche s’est contenté de nous dire qu’il a remis, au directeur de l’artisanat et du tourisme, un dossier contenant des propositions «pour redonner vie à la Casbah» nous a-t-il répondu. Reconnaissant que la Casbah, sans l’activité de ses artisans et sans la présence de touristes, «est comme un corps sans âme» a-t-il lancé. Dans le document remis au ministère de la Culture, dont nous détenons une copie, il est question de propositions pour le règlement voire le traitement de nombreux problèmes auxquels est confrontée la Casbah. Présent, hier, au Forum, le sociologue professeur d’université, Larbi Icheboudene, a déclaré, en marge de cette rencontre, que «la réhabilitation des quelques palais» que compte la Casbah «reste un grand chantier nécessitant des investissements» en vue de booster la vie dans cette vieille cité outre la relance du tourisme à la Casbah» a-t-il précisé.
Lilia Sahed