Aïn Témouchent : la DCP reçoit des équipements numériques pour le contrôle des produits alimentaires

De nombreuses affaires liées aux pratiques commerciales où à la qualité des produits exposés la vente deviennent contentieuses, faute de pouvoir apporter par les agents de la DCP ou des BHC, des preuves irréfutables prouvant que ces produits présentent des doutes ou des irrégularités quant à leur traçabilité. En d’autres termes le constat effectué à vue d’œil ne permet pas aux agents de se prononcer définitivement. Et devant cette situation l’incertitude prend le dessus sur le cours des choses et la justice ne peut trancher.
En conséquence le travail effectué par les commis chargés de relever les infractions dans ce domaine précis part en fumée. Ce genre de problème n’est pas spécifique à une région donnée en Algérie mais des similitudes sont courantes et existent un peu partout. Selon toute vraisemblance, au niveau central ce genre de problèmes a suscité des réactions non des moindres différemment interprétées et diversement analysées. Doter les directions du commerce de wilaya de moyens adéquats paraissait aux yeux de tous l’unique solution à même d’éviter les causes qui génèrent de telles situations conflictuelles même représentant un faible pourcentage car il s’agit-là de la crédibilité de l’État. Ces jours-ci, on vient d’apprendre que la direction du commerce d’Aïn-Témouchent, a reçu des équipements scientifiques numériques de contrôle de la qualité, très sophistiqués. Ils permettent de terminer la traçabilité des produits, selon ce qui est précisé dans la formule de fabrication, de faciliter la tâche aux contrôleurs pour prendre les mesures des différents indices, de vérifier les taux indiqués et les autres paramètres. Et parmi les équipements acquis ceux pouvant détecter des souillures contenues dans des produits liquides dont principalement l’huile de table et qui sont cancérigènes. Ils peuvent aussi déterminer avec exactitude les tolérances et dire si le produit est bon à consommer ou à retirer des étalages. Quand le produit ciblé présente des défauts de fabrication vérifiés à l’aide du nouveau matériel, cela constitue une pièce à conviction scientifique pour la justice afin de se prononcer sur le verdict approprié. Aussi, le matériel en question nécessite une formation du personnel de la DCP. Certainement c’est au niveau du laboratoire régional de la DCP que ce genre de formation est le mieux approprié.
Boualem Belhadri