Lamamra

SIPRI : Lamamra nommé à un poste prestigieux en suède  

Comme pour répondre au veto US et quelques jours à peine après sa décision de se déssaisir du dossier libyen, suite au torpillage du choix du secrétaire général de l’ONU par les émirats arabes unis, l’égypte et le Maroc, appuyés par les États-Unis, Ramtane Lamamra vient d’être nommé au Conseil de direction de l’Institut international de Stockholm pour la recherche sur la paix (Sipri).

«Aujourd’hui, la communauté internationale est plus que jamais confrontée au défi intellectuel exigeant de promouvoir une vision partagée et généreuse pour un programme de sécurité humaine inclusif. Le Sipri est bien préparé et équipé pour contribuer à cette entreprise opportune. Je suis honoré et heureux de faire partie d’une telle équipe», a commenté l’ancien chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra.
Pour sa part, l’ambassadeur Jan Eliasson, président du Conseil d’administration du Sipri, a salué cette nomination. «Nous sommes extrêmement honorés que l’ambassadeur Lamamra ait accepté notre invitation à rejoindre le Conseil d’administration du Sipri. Il apporte une connaissance et une expertise approfondies de sa longue et distinguée carrière, en particulier dans les questions clés de la paix et de la sécurité, telles que la médiation et la prévention des conflits», a-t-il affirmé. Cette nomination est une nouvelle  consécration diplomatique et académique pour Ramtane Lamamra, avec des activités à titre bénévole, d’autant plus qu’il est le seul membre du Maghreb, d’Afrique et du Moyen-Orient sur les huit que compte le Conseil d’administration du prestigieux organisme suédois.
« Le Conseil de direction du Sipri prend les décisions stratégiques concernant le programme de recherches, les activités, l’organisation et l’administration financière de l’Institut. Lamamra se joint à un conseil de personnes possédant une expertise approfondie et étendue en diplomatie, en élaboration de politiques, en milieu universitaire et en recherche», a fait remarquer l’ambassadeur suédois, Jan Elliason. Sa nomination est d’autant plus significative  que l’opposition à sa désignation en qualité d’envoyé spécial du SG de l’ONU pour la Libye,   met à nue les intérêts de Abou Dhabi et du Caire dans ce pays exsangue qu’ils veulent dominer et dépecer.
L’ancien ministre algérien des Affaires étrangères siègera aux côtés du diplomate Jan Eliasson (Suède), du Dr Vladimir Baranovsky (Russie), d’Espen Barth Eide (Norvège), de Jean-Marie Guéhenno (France), du Dr Radha Kumar (Inde), du Dr Patricia Lewis (Irlande/Royaume-Uni) et du Dr Jessica Tuchman Mathews (états-Unis).
M. Bendib