Benabderrahmane

RÉUNION DE LA GRANDE COMMISSION MIXTE ALGÉRO-MAURITANIENNE : Benabderrahmane attendu aujourd’hui à Nouakchott

Le Premier ministre, Aïmène Benabderrahmane, co-présidera aujourd’hui en compagnie de son homologue mauritanien, Mohamed Ould Bilal, les travaux de la grande Commission mixte algéro-mauritanienne, qui se tiendront jusqu’à demain à Nouakchott.

En marge de cette session, Benabderrahmane sera reçu par le président de la République de Mauritanie, Mohamed Ould Cheikh El-Ghazaouani en l’occurrence. Il est d’ailleurs prévu que le PM algérien remette au président mauritanien l’invitation du président Abdelmadjid Tebboune, en vue de sa participation au Sommet de la Ligue arabe à Alger. Aïmene Benabderrahmane sera accompagné durant sa mission par plusieurs ministres du gouvernement.

Intensifier la coopération et le partenariat
Un rendez-vous régional qui entre dans le cadre des bonnes relations bilatérales qu’ont connus les deux pays voisins, des relations marquées par leur intensification dans divers secteurs, notamment économiques. En effet, plusieurs projets et partenariat sont en cours entre l’Algérie et la Mauritanie, à l’instar des routes, des exportations, ainsi que des visites et rencontres entre les responsables des deux côtés, dans des secteurs importants du commerce. La tenue de la commission mixte algéro-mauritanienne permettra aussi aux deux pays de renforcer davantage leurs relations, sachant que les deux pays sont liés par la même religion et une culture proche. La visite du Premier ministre en Mauritanie est également un coup dur pour le Maroc, étant donné que la Mauritanie soutient la lutte du peuple sahraoui pour son indépendance.
À cet égard, il est utile de rappeler également que les deux postes frontaliers « Chahid Mostefa Benboulaïd » sont en cours de réalisation, et devraient être réceptionnés au mois d’octobre prochain, après la réduction des délais de réalisation de 24 à 12 mois. Pour rappel, le poste frontalier a été inauguré le 19 août 2018, une infrastructure qui constitue un apport qualitatif aux relations de coopération bilatérale, et un moyen de facilitation des déplacements et passage des personnes et d’intensification des échanges commerciaux entre les deux pays, d’une part, et entre les autres pays de l’Afrique de l’Ouest, d’autre part. Un projet commun, synonyme de consolidation de la coopération sécuritaire et de lutte contre le terrorisme et le crime organisé, dans l’intérêt des deux pays.

Des relations « ancrées dans l’histoire »
Entre l’Algérie et la République islamique de Mauritanie, les relations ont toujours été solidaires et fraternelles. Fortement défendus par l’Algérie contre les ambitions expansionnistes du Makhzen, nos frères mauritaniens ont toujours pu compter sur notre soutien et notre présence en tant que pays protecteur et omniprésent dans la région. Une relation qui s’est accentuée il y a de cela quelques jours, lorsque l’Algérie a acheminé vers le pays voisin, 75 tonnes de denrées alimentaires, de couvertures, de tentes et de pompes à eau. Une aide humanitaire qui survient après les inondations qui ont frappé plusieurs régions de Mauritanie. Un envoi rendu possible grâce au Croissant- rouge et une mobilisation sans faille de l’Armée nationale populaire, laquelle a mis à la disposition des organisateurs ce don symbolique, deux avions militaires, lesquels ont démarré de la base aérienne de Boufarik.
Autre signe de rapprochement entre les deux nations, la visite à Alger, le 31 juillet dernier, du ministre mauritanien des Affaires étrangères, de la coopération et des Mauritaniens à l’étranger, Mohamed Salem Ould Merzouk, lequel avait affirmé que les « relations algéro-mauritanienns étaient ancrées dans l’histoire », ajoutant que « le travail se poursuivait pour hisser le niveau de coopération bilatéral dans différents domaines ».

La visite d’Etat « fructueuse et constructive » en décembre 2021 à Alger
Au mois de décembre 2021, à l’occasion d’une visite d’Etat de trois jours en Algérie du président Mohamed Ould Cheikh El-Ghazouani, à l’invitation du président algérien Abdelmadjid Tebboune, El Ghazouani avait qualifié sa présence à Alger de « fructueuse et constructive », estimant qu’elle permettra de hisser les relations de coopération algéro-mauritaniennes au niveau de « la fraternité et de l’amitié unissant les deux peuples frères ».
Ce dernier avait profité de son passage sur le sol algérien, pour affirmer que lui et le président Tebboune, avaient « réitéré leur détermination commune à redoubler d’efforts pour promouvoir et diversifier la coopération bilatérale, au mieux des intérêts des deux peuples, du grand Maghreb arabe et de toute la nation islamique ».
Pour sa part, Tebboune avait indiqué que les relations entre l’Algérie et la Mauritanie «connaissent un développement notable qui s’est récemment accéléré à la faveur de l’ouverture du poste frontalier», qualifiant cette rencontre officielle de «riche et qui a permis d’aborder plusieurs aspects de la coopération bilatérale et des relations entre les deux pays frères», soulignant que «ces relations anciennes connaissent un développement notable qui s’est récemment accéléré à la faveur de l’ouverture du poste frontalier, une véritable passerelle de communication entre les populations de la région frontalière qui a permis de doubler le volume des échanges commerciaux entre les deux pays. Un acquis majeur pour les deux pays ». Une visite officielle à laquelle avaient pris part les présidents du Conseil de la nation, Salah Goudjil, de l’Assemblée populaire nationale (APN), Brahim Boughali, le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmène Benabderrahmane , ainsi que le président de la Cour constitutionnelle, Omar Belhadj.

Des projets en cours depuis plusieurs mois
Bien avant cette visite, le 9 novembre dernier, le désormais ex-ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, avait annoncé, à l’issue de la 1ere session du Comité bilatéral frontalier algéro-mauritanien, la création d’une zone de libre-échange dans la région frontalière entre les deux pays. Beldjoud avait mis en exergue les recommandations des experts algériens et mauritaniens, en vue « d’examiner les opportunités de coopération et de partenariat dans les domaines de prospection, d’exploration et de production des hydrocarbures à travers l’exploitation des potentialités d’investissement disponibles et de réactiver la convention relative à la pêche par l’exploitation des autorisations accordées à ce sujet dans les eaux territoriales mauritaniennes ».
Rappelons aussi que le ministre algérien avait annoncé aussi la relance du projet de réalisation d’une route reliant Tindouf et Zouerate. « Aux plans économique et commercial, les experts ont convenu de l’importance de réaliser une route reliant Tindouf et Zouerate, en mobilisant les ressources financières à cet effet avec la possibilité de procéder à l’actualisation de l’étude réalisée », avait-il précisé.
Hamid Si Ahmed