corona (1)

PERSONNELS DE LA SANTÉ : La prime de risque élargie

C’est dire toute la polémique suscitée par la prime de risque accordée au personnel médical qui est en première ligne de la lutte contre l’épidémie du Coronavirus. Initiative du président de la République, dont la décision est rendue le 31 mars dernier et actée par un décret présidentiel en bonne et due forme, l’énoncé de cette prime dite « exceptionnelle » est pourtant clair à ce sujet. Autrement qu’il ne souffre d’aucune ambigüité.
Il a fallu que le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, se sentant interpellé, réagisse pour apporter de nouveaux éléments de réponse pour préciser le texte. En visite, hier, dans la wilaya de Chlef pour s’enquérir et de la situation épidémiologique et de l’état des structures sanitaires locales, Abderrahmane Benbouzid annonce, d’emblée, l’élargissement de cette prime à d’autres personnels de la santé, comme les sages-femmes, les psychologues, les agents de la santé publiques etc. Bref, tous les employés exposés directement au Covid-19 dans l’exercice de leurs fonctions. « La prime de risque exceptionnelle décidée par le président de la République au profit du personnel soignant de la santé sera élargie à d’autres catégories du même secteur, à l’instar des sages-femmes, les psychologues, les agents de la santé publique, les laborantins et les biologistes », a indiqué le ministre, cité par l’APS, en marge, d’une visite du laboratoire de dépistage de Covid-19, installé à l’université de Chlef. D’ailleurs, s’exprimant face aux personnels de la santé, fortement exposés à la menace du virus, eux qui veillent au grain pour soigner et apporter guérison aux malades de cette épidémie, le ministre se veut à la fois rassurant que tranchant sur la question. Pour lui, en effet, Cette prime « est destinée à toutes les personnes mobilisées aux premiers rangs de la lutte contre le Covid-19. Il serait insensé que cette prime profite à quelqu’un qui n’a rien fait en cette conjoncture ». Devant l’imbroglio-pour ainsi dire- créé par cette mesure décidée par le président Tebboune, le ministre de la Santé a instruit les directeurs des établissements hospitaliers à l’effet de procèder à l’élaboration des listes des bénéficiaires, pour éviter tout malentendu ou malversations dans l’octroi de cette prime.

Ce que dit le décret présidentiel
En effet, et selon les termes du décret signé des mains du Président, cette prime, destinée exclusivement aux personnels de la santé en exercice direct dans les services spécialisés dans le traitement de l’épidémie, est servie mensuellement selon des montants forfaitaires. Un montant de 10.000 Da est ainsi fixé au profit des personnels administratifs et de soutien, un autre, de l’ordre de 20.000 DA, est accordé pour le personnel paramédical et, enfin, 40.000 DA pour le personnel médical. Et à la même source d’expliquer que cette prime est « servie pour une période de trois (3) mois renouvelables. Son bénéfice peut être étendu à d’autres catégories de personnels mobilisés dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la propagation du coronavirus. » Il convient de noter que ce décret est appliqué avec effet rétroactif à partir du 15 février dernier.
Farid Guellil