gaidp3

L’ÉTAT-MAJOR DE L’ANP REFUSE TOUT REPORT DE LA PRÉSIDENTIELLE : «Le rendez-vous maintenu pour le 12 décembre»

C’est depuis le siège du Commandement des Forces de défense aérienne du territoire, à Réghaïa, à une trentaine de kilomètres à l’Est d’Alger, où il était de visite hier, que le chef d’état-major de l’ANP a choisi de répondre aux récentes voix faisant appel du pied au report des élections présidentielles fixées au 12 décembre prochain.

Ceci, quelques jours seulement après s’être déplacé en 1ère Région militaire à Blida. Une visite lors de laquelle, le vice-ministre de la Défense nationale a fait abstraction de toute déclaration sur la situation politique du pays.
En effet, Gaïd Salah qui, depuis les discours qui se sont succédé au lendemain du mouvement populaire et citoyen du 22 février, n’a pas dérogé à la règle, selon laquelle toute solution à la crise politique doit passer inéluctablement par les rouages de la Constitution. Aujourd’hui, comme hier d’ailleurs, le Chef d’état-major de l’ANP maintient le cap sur cette direction. «Les présidentielles se dérouleront à la date fixée, car cette noble démarche nationale émane de la volonté populaire, et quand je dis volonté populaire j’entends par là toutes les franges du peuple algérien, à l’exception de la bande et de ceux qui orbitent autour d’elle», tranche le général de corps d’armée dans un discours destiné visiblement au groupe des 18/19 personnalités nationales qui ont fait offre, mi-octobre dernier, d’une initiative appelant au report de l’élection présidentielle, arguant qu’ «il n’est pas possible d’envisager de réelles élections dans les conditions actuelles».
Ce florilège de figures conduits par Ali Yahia Abdenour, Ahmed Taleb Ibrahimi, Abdelaziz Rahabi ou encore Ahmed Benbitour pour n’en citer que les plus en vue, peuvent donc se fixer sur leur initiative maintenant qu’ils ont reçu une réponse «cinglante». Autrement dit, le chef de l’ANP dit constater que «le peuple algérien, notamment les jeunes, a atteint un haut degré de conscience et est résolu à se diriger vers la tenue des présidentielles, mettant ainsi en échec les desseins de la bande et des ses relais, habitués à exercer le chantage politique, à travers des porte-voix qui utilisent certaines tribunes médiatiques tendancieuses tentant en vain d’entraver cette noble démarche».
Preuve encore à cette détermination de l’ANP à ne plus faire machine arrière sur ce rendez-vous et encore moins donc réponse «favorable» à l’idée de reporter cette échéance, «nous nous dirigeons d’un pas ferme et résolu vers l’organisation des présidentielles, après que tout le peuple algérien a vu, à l’exception de la bande et de ses inféodés, que toutes les conditions sont réunies pour l’élection du nouveau président de la République qui appliquera son programme au service de l’édification d’une Algérie nouvelle, où il n’y aura pas de place aux pratiques indues et anachroniques, et aux mentalités sclérosées et révolues (…)», pouvait-on lire sur le communiqué du MDN, qui cite les propos du vice-ministre de la Défense.
Farid Guellil