tebbounep3

LE PRÉSIDENT TEBBOUNE SUR LES DERNIERS DÉVELOPPEMENT DE LA QUESTION : « La République sahraouie a été poignardée dans le dos »

Lors de sa rencontre avec des organes de la presse nationale, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a été interrogé sur les derniers développements de la question du Sahara occidental et notamment la violation du droit international par certains pays africains qui ont procédé à l’ouverture de « consulats » dans la ville de El Âyoun occupée.
Il a tout d’abord rappelé le souvenir de grands leaders africains qui ont conduit à la libération du continent africain et à l’édification de son unité. « Pour ce qui est de l’Afrique, le chagrin m’envahit lorsque je me remémore les défunts Gamal Abdel Nasser, Mohamed V, Kwame Nkrumah, Ahmed Sékou Touré et le leader Houari Boumediene. Il a souligné que la « République arabe sahraouie démocratique (RASD), membre fondateur de l’Union africaine (UA), ne doit pas être poignardée dans le dos. Lorsqu’elle (l’UA :NDLR) ne respecte pas les chartes en tant qu’organisation continentale, comment voulez-vous que les autres organisations nous respectent? », a-t-il dit. « Aujourd’hui en tant qu’Africains nous souffrons du fait que le dossier libyen soit pris en charge par d’autres organisations, pourquoi laisser les choses s’empirer .Les Africains que nous sommes sont -ils contre la légalité internationale en ce qui concerne le Sahara occidental? », s’est -il demandé , avant de souligner que le « dossier du Sahara occidental est posé au niveau de l’UA et des Nations unies, laissons ces dernières faire leur travail ». « En tout état de cause et en dépit des pressions, la question du Sahara occidental demeure une question de décolonisation et telle est aussi la position de l’UA et de l’ONU. Le président Boumediene disait « Nous ne serons pas mis devant le fait accompli jusqu’à ce que Dieu reprenne la terre et tout ce qu’elle contient », a -t-il dit . Pour rappel face aux dérives de la diplomatie marocaine sur les fuites en avant du MAE marocain , sur lesquelles même la presse marocaine s’interroge tant elles frisent le ridicule , La (RASD) a appelé l’Union africaine (UA) et ses États membres à prendre des mesures d’urgence pour amener certains États africains à revenir sur leurs graves décisions d’ouverture de « consulats » dans la partie occupée des territoires sahraouis. L’ouverture par la Côte d’Ivoire, les Comores, la Gambie, la Guinée et le Gabon de consulats dans les territoires occupés du Sahara occidental est « un acte dangereux qui viole tous les principes ayant présidé à la création de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), en particulier l’intangibilité des frontières existant au moment de l’accession à l’indépendance conformément à l’article 4 de l’Acte constitutif de l’Union africaine », a affirmé le ministère des Affaires étrangères. Par leurs décisions unilatérales d’ouverture de consulats dans la partie occupée du Sahara occidental, ces États africains ont foulé aux pieds d’autres principes et objectifs de l’Union africaine, notamment son Pacte de non-agression et de défense commune, a ajouté le MAE sahraoui.
M. B.