Tebboune

LE PRÉSIDENT TEBBOUNE, HIER, LORS DE LA RÉUNION GOUVERNEMENT-WALIS : « Le citoyen, c’est l’alpha et l’oméga de l’Algérie »

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présidé hier, en présence du chef d’état-major, Saïd Chengriha, des membres du gouvernement, des  hauts cadres de l’Etat représentant plusieurs secteurs, la traditionnelle rencontre Gouvernement-walis mise cette année sous le slogan « la promotion de l’économie nationale et du développement local ».

En début de discours, le président Tebboune a rappelé aux présents les acquis de l’Algérie, depuis la tenue l’année dernière de cette réunion, notamment en ce qui concerne la situation de nos citoyens. « Après notre dernière rencontre avec les walis, les 25 et 26 septembre derniers, nous avons pris les recommandations nécessaires, en prenant en compte uniquement la situation et les préoccupations du citoyen, en vue d’assurer un certain équilibre au sein de l’État, et afin d’assurer le développement local », a indiqué le Président, précisant qu’« il faut admettre » que grâce à leurs efforts, les walis « ont participé à l’amélioration du quotidien d’une partie du peuple ». Grâce à tous ces efforts conjugués, « il ne nous reste à mettre fin qu’à seulement 18% des zones d’ombre. Nous avons dépensé des milliards pour améliorer les conditions vie de nos citoyens. Tout cela afin de sauver l’Algérie, car nous sommes un pays de droit », a déclaré le chef de l’Etat.
Abdelmadjid Tebboune a poursuivi en soulignant qu’il fallait remettre les walis à leur véritable place, en leur redonnant leurs prérogatives. « L’objectif de cette rencontre est de remettre en évidence le rôles des walis, en leur qualité d’uniques représentants du Gouvernement. Durant les années 90, il (wali, ndlr) a été le bouc émissaire parfait, mais aujourd’hui, nous lui avons redonné son pouvoir en tant qu’unique responsable de sa région. Je leur (walis, ndlr) demande de ne plus craindre les menaces, désormais, ils n’ont pas à avoir peur d’exercer leurs fonctions et de signer les documents »

Augmentation des retraites et des salaires en 2023
Le président Tebboune estime, dans ce sens, que « le moment est venu de construire un État moderne, où il y aurait un symbiose entre tous les responsables dans tous le secteurs, en trouvant les canaux nécessaires qui leur permettront de veiller à la dignité des citoyens et des citoyennes… Construire une nouvelle Algérie, par ses institutions, son peuple et sa jeunesse, après 60 années d’indépendance et de souveraineté sauvegardée. Assurer le changement pour le bien commun, et investir dans cette force que représente la jeunesse algérienne. Dans ce sens, nous avons réalisé de très bons résultats, même si il reste encore beaucoup de travail à accomplir».
Toujours concernant les préoccupations du citoyen, Tebboune estime que durant cette année 2022, il y a eu du changement et d’autres initiatives ont été prises au profit du peuple algérien. « Nous avons misé tous nos efforts pour améliorer le pouvoir d’achat, alléger les impôts pour certains, l’IRG, ainsi que la réinsertion sociale. Nous avons également créé l’allocation chômage. Nous avons une jeunesse cultivée. Grâce à toutes ces initiatives, nous allons devenir ‘’Inchallah’’ une puissance économique. En 2023, nous allons augmenter les salaires et les retraites, notamment dans les secteurs de l’enseignement et le paramédical», a annoncé le chef de l’Etat.

L’Algérie retrouve sa place dans le concert des nations
Par ailleurs, le Président a mis l’accent sur la position de l’Algérie au niveau mondial et sa notoriété vis à vis de l’opinion internationale. «  Nous avons remis l’Algérie dans son milieu continental et international. Même les organisations internationales, à l’instar du FMI, ont approuvé nos démarches et nos efforts pour relancer le développement  économique en Algérie et ils nous ont félicités. Nous sommes sortis de la zone rouge, il y a un travail qui se fait, des gens travaillent sans relâche pour le bien de ce pays », confirme –t-il.
Dans le domaine industriel, notamment après la période creuse du COVID, le président de la République a expliqué comment l’État a tenté de relancer le secteur, après que plusieurs entreprises aient été gelées et leur personnel licenciés. «  Pendant la période du COVID, nous avons renouvelé tous nos stocks, combattu l’inflation, et faisons tout pour que le dinar connaisse une meilleure valorisation », a rassuré le chef de l’État.

7 milliards USD d’exportations hors –hydrocarbures
En outre, Tebboune a souligné que nous ne devions plus nous contenter de simples slogans, sinon le populisme, pour ce qui est des performances dans le secteur économique. «  Aujourd’hui, nous exportons hors hydrocarbures et nous faisons en sorte de libérer l’économie, notamment au niveau de nos ports. Grâce au travail de nos hommes, on atteindra Inchallah, sous peu, les 7 milliards de dollars des exportations hors hydrocarbures. Notre production céréalière doit répondre aux besoins du pays, même si pour le moment, nous ne pouvons exporter nos produits céréaliers », a ajouté Tebboune, appelant les walis à assurer le suivi au sein de leur wilaya, dans le secteur de l’économie, notamment dans la lutte contre le marché parallèle.
Abordant le secteur de l’agriculture, le Président a exigé des walis, « d’assurer la planification du secteur et d’adopter des stratégies adéquates ». Tebboune dira entre autres que « l ‘Algérie a les moyens de production. Il faudra donc assurer des rencontres régionales entre les wilayas céréalières. Avec 3 millions d’hectares céréaliers, l’Algérie pourra produire 9 millions de tonnes, mais il faudra pour cela s’adapter aux nouvelles technologies. Aussi, nous devons tous participer au contrôle du secteur, avec une prise de décision adéquate. En 2023, nous devrons régler le problème du bétail et des viandes. À ce sujet, je demande aux services compétents de nous donner les chiffres exacts. Nous devons moderniser l’agriculture », a poursuivi le président algérien».

Près de 5000 startup en activité
S’adressant aux walis, Tebboune leur a rappelé qu’ « ils doivent être au centre de la production, dans tous les domaines, notamment dans le secteur industriel, allusion faite à ceux qui font tout pour bloquer les exportations et paralyser ainsi l’industrie du pays ». Dans le domaine des startups, le président dira « que le nombre de startup existantes en Algérie, est de 4879 », appelant à leur porter davantage d’attention et de considération, car ces startup « pourront devenir à l’avenir, des multinationales ».
Pour ce qui est de la production nationale, Tebboune pense avec certitude que l’Algérie de demain pourra subvenir à plusieurs de ses besoins de base. «  Parmi nos objectifs, produire notre propre huile, notre propre sucre et notre propre lait. Un projet qui ne tardera pas à se concrétiser. Il y a une belle dynamique économique qui se dessine dans notre pays ».
Concernant la nouvelle loi de l’investissement, le Président a déclaré qu’« avec un guichet unique, les investisseurs locaux et étrangers pourront investir et se projeter dans leurs projets dans de meilleures conditions ».
Enfin, dans le domaine diplomatique, Abdelmadjid Tebboune a abordé les questions de la crise en Libye, la situation du Sahel, le Sahara occidental, ainsi que la cause palestinienne. «  Il faut soutenir le peuple libyen, c’est sa voix qui doit être prise en considération. Au Mali, les accords d’Alger sont le seul moyen de régler les conflits. Concernant le Niger, c’est un pays avec qui nous partageons énormément de points en commun. Pour ce qui est des causes sahraouie et palestinienne, nous sommes contre toute forme de colonialisme, quel qu’il soit ».
Hamid Si Ahmed