Moussa_cherchali

Le moudjahid Moussa Cherchali dit « Mustapha » n’est plus

Le moudjahid Moussa Cherchali dit « Mustapha » est décédé à l’âge de 83 ans. Né le 30 juillet 1938 dans la wilaya d’Aïn-Defla, le défunt s’est rendu, au terme de ses études primaires dans sa ville natale, à la ville de Miliana où il a poursuivi ses études secondaires en classe technique dans l’actuelle école Mustapha Ferroukhi. Il entame son parcours militant dans la ville de Miliana, en participant à la grève des étudiants en 1956 pour rejoindre ensuite les rangs de la Guerre de libération en tant que djoundi dans la Katiba d’El Hassinia avant d’occuper le poste de secrétaire de la zone IV de la wilaya IV historique. Il devient par la suite responsable des renseignements et de la communication dans la région d’Ouled-Farès dans la zone II de la W IV. Il est nommé commissaire politique à Miliana dans la zone I de la wilaya IV historique avant d’être arrêté par les autorités coloniales à l’issue d’une bataille au cours de laquelle il est grièvement blessé et condamné à 20 ans d’emprisonnement. Au lendemain de l’Indépendance, le défunt moudjahid a poursuivi ses études universitaires en droit avant d’obtenir un CAPA qui lui a permis d’être avocat à la cour d’Alger puis directeur régional des anciens avocats de la région d’Alger en 1963 et membre de la liste des agréés en 1984. Étant un militant au sein du parti FLN depuis 1963, le défunt avait occupé plusieurs postes de responsabilité, notamment commissaire de parti de la wilaya de M’sila de 1982 à 1983, puis membre du Comité central de 1979 jusqu’au dernier congrès en 2015.
Depuis 1980 il fut membre du Sénat et de l’ONM. Le 7 juin 2020, il est nommé membre du tiers présidentiel au Sénat par le président Tebboune. Le défunt a été inhumé, hier, au cimetière de Sidi-Yahia (Alger) en présence du président par intérim du Sénat, Salah Goudjil et du Conseiller du Président, Abdelhafid Allahoum, ainsi que des compagnons et de la famille du défunt.

Armin Laschet succède à Angela Merkel
Armin Laschet a été élu, hier, président de l’Union chrétienne-démocrate d’Allemagne (CDU), parti de la chancelière Angela Merkel, à une majorité de 521 voix sur les 1 001 délégués appelés à voter, devançant, Friedrich Merz, le rival historique de la chancelière Merkel, qui a obtenu, au terme de ce vote, 466 voix. Le résultat du vote devra être officiellement approuvé par un vote par correspondance, formalité exigée par la loi allemande, selon les médias allemands. Quant au troisième candidat, Norbert Röttgen, celui-ci a obtenu le moins de voix, à l’issue du premier tour, et de ce fait a été éliminé avant le deuxième tour. Traditionnellement, le chef de la CDU devient le candidat à la chancellerie allemande pour le parti et les élections fédérales allemandes sont prévues le 26 septembre prochain, afin de renouveler les sièges du Bundestag. Ses nouveaux membres devront voter pour un nouveau chancelier pour une durée de quatre ans. Rappelons qu’en 2018, Angela Merkel avait annoncé ne pas présenter sa candidature pour un cinquième mandat.

Violences au Capitole : 270 enquêtes visant 98 personnes
Selon le bilan intermédiaire des investigations sur les violences commises par des émeutiers au Capitole, 275 enquêtes ont été ouvertes et 98 personnes sont visées par des accusations, a indiqué le procureur fédéral de Washington. Le FBI recense une quarantaine d’arrestations et une centaine d’individus placés en garde à vue. Si les dernières informations communiquées par le procureur fédéral de Washington font état de 275 enquêtes ouvertes dans le cadre des investigations, ce nombre « pourra être revu à la hausse avec le temps » a précisé le procureur. Entre-temps, Steven M. D’Antuono, directeur adjoint du bureau extérieur du Federal Bureau of Investigation (FBI) à Washington, a fait état d’une quarantaine de personnes arrêtées par ses services et plus d’une centaine placées en détention. Selon lui, le FBI soupçonne plus de 270 suspects qui peuvent être impliqués dans des activités criminelles à proximité du Capitole et à l’intérieur, poursuit-il dans un communiqué publié vendredi dernier. «C’est un grand puzzle avec beaucoup de pièces, et nous travaillons avec diligence pour les assembler», a indiqué M.D’Antuono tout en évoquant 140 000 images reçues de la part de la population, susceptibles d’être utiles pour les investigations, qui ont été filmées pendant les émeutes.

France : neuf mosquées fermées sur 18 mises sous surveillance
Mettant en avant la lutte du gouvernement français contre le « séparatisme islamiste », parmi 18 mosquées soumises à une haute surveillance policière, neuf ont été fermées, selon le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, comme on pouvait le lire sur un message posté sur son compte Twitter.
« Conformément aux instructions du président de la République et du Premier ministre, nous menons une action déterminée contre le séparatisme islamiste », motive le même ministre la décision, précisant donc que sur les 18 lieux de culte musulman « particulièrement surveillés à ma demande », neuf ont été fermés sur ses instructions.

Trump récupère ses comptes Facebook et Instagram
Après leur suspension le 7 janvier dernier, le lendemain de l’assaut des pro-Trump, du Capitole aux États-Unis, les pages du président américain sortant, Donald Trump, sur Facebook et Instagram ont été réactivées. Les actions de Facebook et Twitter ont chuté suite aux annonces de suspension des comptes du président sortant, le 7 janvier dernier, enregistrant une perte au total 51,2 milliards de dollars de leurs valeurs de marché lors des échanges au début de la semaine passée. Facebook et Instagram ont rétabli les comptes de Donald Trump après leur récente suspension suite aux débordements dans le Capitole, à Washington. Les comptes officiels du président américain sont réapparus sur les deux plates-formes dans la soirée du 15 janvier. Toutes ses dernières publications ont été pourtant supprimées du réseau social Facebook. Facebook et Instagram n’ont pas fourni d’explication à ce revirement soudain. Toutefois, aucune activité n’a été observée depuis la réactivation des pages du président sortant Trump sur Facebook et Instagram et il reste difficile de savoir si Trump en a vraiment le contrôle de nouveau.

L’ambassadeur US à Rabat pliera bientôt bagages
L’ambassadeur américain au Maroc, David Fischer, quittera son poste le 20 janvier prochain, a indiqué l’ambassade des Etats-Unis à Rabat via Twitter. Le départ de l’ambassadeur sera « conforme à la pratique habituelle des ambassadeurs américains nommés politiquement qui terminent leurs missions diplomatiques au début d’une nouvelle administration présidentielle », précise l’ambassade dans un tweet, ajoutant que David Fischer s’exprimera publiquement sur son départ dans les prochains jours. David Fischer qui a pris ses fonctions à Rabat en janvier 2020 a été le premier ambassadeur américain à se rendre dans la ville sahraouie occupée Dakhla, une visite qui a suivi la conclusion de l’accord de troc ayant abouti à la normalisation des rapports diplomatiques entre le Maroc et l’entité sioniste, en contrepartie de la reconnaissance par le président américain sortant, Donald Trump, de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Avant sa désignation pour le poste d’ambassadeur américain à Rabat, Fischer a été PDG de Suburban Collection Holdings, un conglomérat privé constitué de l’un des plus grands groupes de la concession automobile US. David Fischer a été, entre autres, membre de la Judicial Tenure Commission (Commission pour la durée du mandat des juges) pour l’État du Michigan, président du Conseil d’administration de l’université d’Oakland et membre du Conseil d’administration de la Fondation communautaire du sud-est du Michigan.