Accidents23

LE FORUM D’EL MOUDJAHID PLANCHE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE : Le conducteur, toujours responsable du drame !

Le Forum d’El Moudjahid s’est penché, hier, sur la problématique des accidents de la route et la sécurité routière. L e rendez-vous a été animé par le chargé de la Délégation nationale à la sécurité routière (DNSR), Abdelhakim Nacef, accompagné du directeur adjoint de la sécurité routière à la direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le chef de la police, Rachid Ghazali, le chargé de la communication à la direction générale de la Protection civile (DGPC), Nassim Bernaoui, ainsi que le commandant de la Gendarmerie nationale, Samir Bouchhit. Les experts ont d’abord fait le point sur les statistiques de l’année courante, insistant sur la réduction des accidents de 2.89% par rapport à 2021. En revanche, ils ont relevé une augmentation de 5.88% du taux de mortalité. Durant les neuf mois écoulés, l’Algérie a enregistré 15 848 accidents avec 21 836 blessés. Nacef a indiqué qu’une compagne a été mise en place avant la saison estivale 2022 afin de sensibiliser les citoyens et lutter contre les accidents de la route précisant que « la plupart des accidents sont causés par des jeunes conducteurs de moins de 30 ans, donc le plus adéquat sera de les atteindre à travers les réseaux sociaux et les points de regroupement de jeunes telles que les universités ». « L’Etat est prêt à aider les associations actives dans le domaine de la sécurité routière en les accompagnant dans les différentes campagnes de sensibilisation » dit-il. De son côté, le directeur adjoint de la sécurité routière à la direction générale de la Sécurité Nationale, chef de la police, Rachid Ghazali évoque les chiffres journaliers enregistrés dont 40 accidents 50 blessés 2 morts expliquant que « les facteurs d’accident liés au facteur humain résoluble dès lors d’un certain civisme : Selon les données statistiques, le facteur humain est la principale cause de l’ensemble des accidents de la route enregistrés avec un taux de 96 %, d’où « l’impératif de sensibiliser les chauffeurs aux mesures à prendre pour éviter ces accidents ». Selon lui « Les plus grands facteurs qui causent les accidents sont les conducteurs des poids lourds pour manque de contrôle de leurs véhicules ». Dans son intervention, le représentant de la DGPC insiste sur la nécessité « d’une réforme en matière de sécurité routière qui touche une certaine catégorie notamment les jeunes en allant vers les universités en sensibilisant au point de départ quand on est candidat avant obtention du permis afin d’obtenir un conducteur exemplaire dans toutes les conditions, actuellement la réforme constate des solutions urgentes pour que les prochains citoyens qui vont avoir ce permis ne seront pas contaminés et apprennent à s’adapter aux conditions de conduite (pluie, nuit…) trouver des solutions à long terme en évoluant même dans le côté juridique et évaluer la loi et voir ce qui marche et ce qui ne marche pas pour ne pas continuer sur un échec ». Pour sa part, le commandant de la Gendarmerie Nationale dira qu’« il faut faire des investigations pour examiner les accidents et leurs causes réelles et toute la société a un rôle dans la sensibilisation. Le conducteur doit avoir peur pour sa vie, non par la perte de son permis de conduire et respecter le code de la route est pour sa sécurité en présence du policier et du gendarme notamment en son absence ».
M. Seghilani