Syndicats

LA SOCIÉTÉ CIVILE EN RENCONTRE, SAMEDI PROCHAIN, AVEC DES PARTIS POLITIQUES ET DES PERSONNALITÉS NATIONALES : Pour une solution consensuelle à la crise politique

Les organisateurs de la réunion des dynamiques de la société civile, prévue samedi prochain, à Alger, s’accordent à dire, à l’unanimité, que l’objectif de cette initiative est d’arriver à élaborer une feuille de route consensuelle.

C’est-à-dire, faire en sorte d’aplanir les divergences des points de vue des différents participants. En effet, outre les organisations syndicales et des associations de la société civile, les deux pôles politiques sur la scène nationale, notamment les Forces de l’alternative démocratique et les Forces pour le changement, ainsi qu’une vingtaine de personnalités nationales devraient prendre part à ce rendez-vous.

Messaoud Boudiba, porte-parole du CNAPESTE
«Bien que nous n’avons pas encore obtenu l’autorisation pour organiser cette activité, il convient de faire savoir que nous avons pris contact avec quinze partis politiques et plus de vingt personnalités nationales. Alors que certains ont même confirmé leur participation, tout le monde a tenu, toutefois, à saluer cette initiative tout en la considérant importante. Je précise que la réunion de samedi, est un rendez-vous de dialogue et de concertation. Son objectif est d’arriver à une plateforme commune avec une vision consensuelle de toutes les parties permettant d’aller vers une conférence nationale.
En tant que société civile, nous refusons qu’il y ait de solutions qui ne répondent pas à la volonté du peuple parce que cela va aggraver la crise.
Il est donc important de créer un espace qui regroupe différents pôles pour imposer des solutions de manière à répondre justement aux revendications populaires qui sont jusqu’ici ignorées.»

Abdelouahab Fersaouin, président de l’association RAJ
«Le RAJ fait partie des organisateurs et des initiateurs de la conférence du 15 juin dernier à l’issue de laquelle nous sommes sortis avec des résolutions.
Considérant que celle-ci n’était pas une fin en soi, nous avons donc décidé d’aller vers une rencontre nationale unitaire réunissant la classe politique, la société civile et les personnalités nationales qui s’inscrivent dans la rupture avec le système actuel et prônent un autre système démocratique.
À travers la réunion du 17 août, nous voulons essayer de rassembler les partis politiques autour d’une seule table pour discuter et échanger et voir ce qui est possible de faire ensemble.
Et, surtout, tenter d’aller vers une rencontre unitaire et sortir avec une feuille de route consensuelle.
Nous avons constaté que malgré les divergences, les partis politiques des deux pôles ont beaucoup de points en commun. Ceux-ci ont apprécié notre initiative, au moment où beaucoup ont confirmé leur participation.»

Boualem Amoura, secrétaire général du SATEF
«La rencontre de samedi prochain, est une suite à celle organisée le 15 juin dernier lors de laquelle nous sommes sortis avec des résolutions, à savoir l’élargissement du dialogue aux partis politiques et aux personnalités nationales.
Nous avons voulu, après avoir été bloqués, réactiver ce processus.
Et c’est à partir de là que des rencontres ont eu lieu avec des partis politiques et des personnalités nationales. Toutefois je souligne qu’il y a de la méfiance qui s’est installée.
Il y aura des partis de l’alternative démocratique qui ne vont pas assister, car ils sont en réunion permanente et prendront certainement une décision commune. Personnellement j’ai des appréhensions par rapport à cette prochaine réunion.
Il est difficile de réunir tout le monde autour d’une table. Pour l’autorisation je suis sûr qu’ils ne vont pas nous la donner ou sinon ils le feront à la dernière minute.»
Ania Nait Chalal