Chitour

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : Chitour fait un clin d’œil aux enseignants-chercheurs

Des commissions mixtes entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et la Fédération nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (FNESRS), relevant de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), seront activées pour trouver des solutions aux préoccupations pédagogiques et sociales des enseignants universitaires, indique mardi dernier un communiqué de la FNESRS.
Lors d’une rencontre entre le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Chems-Eddine Chitour, et le sSecrétaire général de la FNESRS, Messaoud Amarna, « il a été convenu d’opérationnaliser des commissions mixtes Ministère-Syndicat pour le traitement de toutes les préoccupations touchant principalement l’enseignant-chercheur et le chercheur permanent ainsi que le personnel de soutien à la recherche, les enseignants des sciences médicales et du secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique en général, a précisé la même source. Ces commissions mixtes se pencheront sur les dossiers relatifs à la carrière professionnelle de l’enseignant universitaire, à la recherche scientifique et le développement technologique, à l’évaluation de parcours de la formation et de l’enseignement et au logement ainsi qu’à la commission mixte nationale des contentieux. Pour la FNESRS, cette rencontre «très positive» a constitué une occasion pour échanger les vues sur de nombreuses questions intéressant la famille universitaire, à l’instar de l’évaluation des parcours de formation et d’enseignement de l’enseignant universitaire et du chercheur permanent ainsi que les voies de promotion de l’université algérienne en vue de faire face aux différents défis. Pour réaliser ces objectifs, les deux parties ont souligné l’importance de coordonner les efforts en se basant sur le dialogue et la concertation et l’appui à tout effort sincère au service de l’université algérienne outre la détermination des mécanismes de travail entre la tutelle et la FNESRS d’une manière optimale et efficace à même d’ouvrir de nouveaux horizons pour consacrer les actions participatives ».
Yousra Hamedi