Les cinq victimes de l’effondrement de la bâtisse à la Basse-Casbah enterrées à Al-Alia

DES CENTAINES DE CITOYENS ONT ASSISTÉ AUX OBSÈQUES : Les cinq victimes de l’effondrement de la bâtisse à la Basse-Casbah enterrées à Al-Alia

Les cinq victimes de la famille Maldi, mortes avant-hier, suite à l’effondrement tragique d’une vieille bâtisse, à la rue Tamglit, à la Basse-Casbah d’Alger, ont été enterrées, hier, après la prière du Dohr, en présence d’une immense foule venue leur rendre un dernier, au revoir, au cimetière d’El-Alia, à l’Est d’Alger.

L’enterrement  a  eu lieu en début d’après-midi, hier, dans une ambiance de tristesse et de compassion, après l’accomplissement de la prière du mort, à la Mosquée de Bab Ezzouar.
Auparavant, le cortège funèbre s’est ébranlé de l’hôpital  Lamine Debaghine de Bab-El-Oued, après que les dépouilles des défunts ; les deux frères (Adlane et Mustapha), l’un d’eux âgé d’à peine trois ans, la femme de Mustapha et son bébé eurent été remis à leur famille dirigées vers la maison du défunt Adlane, l’un des deux frères victimes, à Bab Ezzouar, dans la matinée, avant d’aller vers leurs dernières demeures. Les corps des cinq victimes ont été transférés, avant-hier, vers la morgue de l’hôpital Lamine-Debaghine de Bab El-Oued, après avoir été retirés, par les agents de la Protection civile, aidés notamment moralement par les habitants du quartier, des décombres, des quatre étages de la vétuste bâtisse qui s’est effondrée très tôt dans la matinée, de lundi dernier, emportant tout avec elle.
Il est à noter que ce drame n’a laissé personne indifférent. Dans leur soutien aux proches des victimes et des habitants de la Casbah, des millions d’Algériens ont manifesté leur solidarité, en ayant des pensées pour les cinq victimes, à travers les réseaux sociaux outre la minute de silence observée, hier, par la communauté universitaire en leur mémoire, à travers tout le pays, lors de la marche des étudiants et de leurs enseignants. L’opération des agents de la protection civile pour sortir les victimes des décombres a duré toute la journée de lundi, jusqu’à 17h30, quand le corps, sans vie, de Mustapha, fut le dernier à être libéré des décombres, peu de temps après ceux de sa femme et de son bébé. Et c’est dans une ambiance de deuil et de recueillement que des centaines de citoyens, amis, proches, voisins, et même ceux n’ayant pas connu les victimes, ont tenu à être présents, hier, au cimetière d’El-Alia, pour leur rendre un dernier hommage. Les frères sont issus d’une famille modeste et, selon les témoignages de leurs voisins, «ils étaient très bien éduqués et gagnaient leur vie à la sueur de leurs fronts, nous racontent les voisins du quartier. Hier, ils étaient des centaines d’anonymes à avoir tenu à être présents à l’enterrement de Adlane et son petit garçon, de Mustapha et sa femme ainsi que leur bébé, dans une ambiance de tristesse et de douleur, un enterrement auquel a assisté Fethi Ghares, coordinateur national du MDS. Et c’est avec le cœur gros que les présents ont quitté tristement le cimetière d’El-Alia, la nouvelle demeure de cette famille.
Mohamed Amrouni