Gaid Salah

GAÏD SALAH S’ADRESSE DE NOUVEAU AUX ALGÉRIENS : «Préservez l’aspect pacifique et civilisé de vos marches»

Il ne se passe pas une visite de terrain sans que le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire ne rebondisse sur la crise politique qui secoue notre pays. Se trouvant, hier, à la Région militaire, à Blida, Gaïd Salah s’est adressé au peuple algérien qu’il assure, de nouveau, de l’accompagnement par l’ANP du processus de transition en cours jusqu’à l’aboutissement de ses revendications.

Toutefois, et comme à l’accoutumée, le vice-ministre de la Défense exprime des réserves quant à l’aboutissement de cette étape qui requiert «clairvoyance, sérénité et vigilance». À ce titre, Gaïd Salah évoque des «menaces», voire un «complot», qui pèse sur la sécurité des manifestants. Pour parer à tout danger, à savoir«des infiltrations» parmi les foules, il invite les Algériens à prendre les dispositions nécessaires pour encadrer les marches de protestation. «Je tiens à rassurer de nouveau le peuple algérien et lui assurer que l’ANP continuera à l’accompagner avec la même détermination et résolution, suivant une stratégie bien étudiée, jusqu’à la concrétisation de ses attentes légitimes, qui commencent, Dieu merci, à porter leurs fruits progressivement, jusqu’à ce qu’elles soient totalement concrétisées, selon les étapes préconisées par l’Armée nationale populaire, qui a de tout temps fait prévaloir l’intérêt de la nation et du peuple et en a fait un objectif au-dessus de tout.
Des étapes qui requièrent, toutefois, «de la raison, de la clairvoyance, de la sagesse et de la sérénité» afin de «les parachever en toute quiétude et sécurité», dira d’emblée le chef d’état-major à propos du processus de sortie de crise politique.
Par ailleurs, Gaïd Salah déplore la suite donnée à la rencontre de concertation lancée par le chef de l’état par intérim et laquelle s’est soldée par une participation timide de la classe politique, la société civile et les personnalités nationales. Du coup, il oriente son viseur pour cibler l’opposition politique, sinon toutes les parties conviées qui ont boycotté cette rencontre. Ainsi, le vice-ministre de la Défense dénonce «le rejet de toutes les initiatives et le boycott de toutes les démarches, y compris l’initiative de dialogue qui est censée être un des mécanismes civilisés qu’il y a lieu de valoriser, notamment dans ces circonstances particulières que vit notre pays.»
Sur un autre volet, Gaïd Salah revient dans son discours pour «valoriser» les procédures judiciaires lancées, ces jours-ci, par la justice, démarche menée contre des hommes d’affaires en lien avec des pratiques de «corruption et de détournement de deniers publics.»
Farid Guellil