Coronavirus

COVID-19 / POINT DE LA SITUATION EN ALGÉRIE : Un total de 400 cas suspects ont été diagnostiqués

Le directeur de la Prévention  au ministère de la Santé, Djamel Fourar, a  animé hier, un point de presse, au ministère de la Santé pour faire le point sur la situation épidémiologique du Coronavirus en Algérie, affirmant, à l’occasion, que le nombre des personnes contrôlées positives au COVID-19 en Algérie s’élève à vingt (20) cas.

Par région, le responsable du ministère de la Santé, a fait savoir que sur les cas enregistrés, Blida vient en tête avec pas moins de 13 porteurs du virus, issus de la même famille ; contaminée  lors de la visite d’un proche et de sa fille résidant en France, et sont placés en quarantaine, alors que les quatre autres cas sont identifiés à Alger (2) et Mascara (2), en plus de 2 ressortissants espagnoles et un italien.
Concernant le nombre de personnes diagnostiquées (ayant subi des tests) depuis l’apparition du virus en Algérie, M.Fourar, a fait état de quatre cent entre sujets contacts et autres, tout en assurant que les personnes confirmées au coronavirus sont dans un état stable et qu’aucun cas nouveau n’a été enregistré hier et avant-hier.
Il a assuré par ailleurs, qu’il n’est nullement nécessaire de procéder à l’interdiction des rassemblements publics, car il n y a pas de foyer autochtone dans le pays, et que « le virus n’est pas encore répandu de façon massive en Algérie », de surcroît, que les cas avérés sont importés et non endémiques.
Le responsable de la prévention au ministère de la Santé a informé qu’une plateforme dédiée au Coronavirus est mise en place  avec un contenu sur les mesures préventives à prendre, le virus lui-même, sa définition ses symptômes ainsi d’un numéro vert.

« Nous n’avons reçu aucune découverte de vaccin »
S’agissant de l’information qui fait couler beaucoup d’encre qui a fait état de la découverte, par une équipe de chercheurs algériens et irakiens, pour ne pas citer directement Loth Bonatiro, chercheur algérien et expert en astronomie, le conférencier a nié que son département ait été destinataire d’une telle découverte, tout en restant ouvert à toute solution allant dans ce sens. Le Directeur général de la Prévention au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Dr Djamel Fourar, a en outre recommandé aux Algériens d’éviter le déplacement à l’étranger afin, a-t-il expliqué, d’éviter « l’importation » du coronavirus, car tous cas enregistrés sont importés d’ailleurs. Sur une question de la possibilité de mettre en quarantaine tous les passagers venant des pays à risque, M.Fourar a relevé l’impossibilité de cette mesure en raison du nombre important des voyageurs, et par ricochet, la solution réside, selon lui, dans le renforcement du dispositif en place pour parer à toute éventualité d’invasion du virus.

Voici pourquoi le patient de Boufarik s’est enfui !
Pour sa part, le Chef de service des maladies infectieuses à l’EHS de Boufarik, Dr Mohamed Yousfi, a annoncé la mise en quarantaine de huit personnes suspectées porteuses du virus et les résultats étaient attendus pour hier soir. Revenant au cas du patient qui s’était enfui de l’hôpital et qui a été retrouvé à Mostaganem, M. Yousfi, a refusé d’imputer cette « dérobade » aux « conditions d’isolement » mais plutôt à « la difficulté pour une personne saine d’accepter de s’enfermer durant 14 jours et de faire l’objet d’une restriction de circulation ».
« Même à l’EHS El-Kettar qui offre de meilleures conditions » de mise en quarantaine, les personnes qui s’y trouvent sous surveillance éprouvent les « mêmes difficultés à accepter leur situation », a-t-il encore expliqué en substance, en insistant surtout sur l’impératif du « respect des règles d’hygiène et d’éviter l’affolement.

80% des cas affectés guérissent
Quant aux chances de guérison de cette épidémie, qui a déjà fait des milliers de morts dans différents pays de la planète, M. Yousfi a tenu à rassurer que quatre-vingt pour cent (80%) des cas affectés guérissent totalement, et seul 13% subissent des complications avec un pourcentage de 6% jugé grave qui engendre une mort qui se situe entre 2 à 3%. « Les décès sont souvent dus à une faible immunité de la personne atteinte, mais aussi chez les personnes atteintes de maladies chroniques », a-t-il expliqué, précisant, à titre de comparaison, que la grippe saisonnière est plus mortelle que le coronavirus.
Dr Yousfi a également plaidé pour « l’annulation » de tous les voyages à l’étranger qui peuvent l’être, rappelant la « proximité » de l’Algérie avec l’Europe, l’un des plus importants foyers du virus au monde, avant de rassurer quant aux chances de guérison pour 80 % des cas confirmés d’infection.
De son côté, le Directeur général de l’Institut Pasteur, Dr Lyes Rahal, a jugé, quant à lui, important de « déclarer » les cas suspectés, à travers un système d’information, faisant savoir que « fort heureusement, les deux cas confirmés en provenance d’Europe ont été détectés à temps ». Il est à rappeler que l’épidémie du coronavirus a affecté, selon le dernier bilan fourni par M. Fourar, 110 000 personnes à travers le monde depuis son apparition en Chine, et a causé la mort de 4000 personnes.
Brahim Oubellil