Rachad

CONNIVENCE DE RACHAD AVEC LE RÉGIME TURC : La revue El-Djeïch lève le voile

Dans sa dernière livraison, la revue El-Djeich, a mis en lumière la connivence entre le mouvement terroriste Rachad et le régime turc. Usant des propos à peine voilés, une tribune de l’organe médiatique de l’ANP a d’abord fait un retour sur les rumeurs ciblant l’institution militaire. Notamment son chef d’état-major, Saïd Chengriha, dont le magazine Jeune Afrique avait rapporté récemment une information truffée de mensonges concernant une « mission secrète » de Saïd Chengriha en France pour « discuter du Sahel ».
« Dans le cas où cette visite aurait eu véritablement lieu ? Et qu’est-ce qui aurait empêché l’Elysée elle-même d’annoncer cette visite ? Qu’est-ce qui empêcherait, au demeurant, de telles visites entre les deux parties, d’autant que le chef d’état-major des armées françaises s’était rendu en avril dernier dans notre pays et y avait rencontré le chef d’état-major de l’ANP ? », s’est interrogé El-Djeich, avant de focaliser sur Rachad qu’il cite nommément à côté du MAK, classées organisations terroristes, et qu’il qualifie de chantres de la « Fitna ». « À moins que les fatwas de Rachad, les analyses du MAK et l’obscénité des chantres de la sédition ne frappent du sceau de l’interdiction et de la criminalisation tout rapprochement de notre armée avec le reste des armées du monde, tout en donnant le label «halal» à leurs visites au «harem du Sultan», au «Mur des lamentations» et aux résidences de « Amir el Mou’minine ».
En évoquant « Harem du Sultan », ceci renvoie sans doute au feuilleton turc qui chante la « gloire » à l’ancien empire ottoman, que veut réhabiliter aujourd’hui Erdogan. C’est dire la connivence entre Rachad et le régime turc qui, désormais, tient à une source fiable et corroborée en haut lieu.
R. N.