???

ARRÊT DE SERVICE DU CENTRE VFS GLOBAL D’ALGER APRÈS UNE COUPURE D’ACCÈS À INTERNET : L’ARPCE répond au Consulat général de France

Le centre VFS Global d’Alger, qui traite les dossiers de demande de visas pour la France, cessé ses activités depuis hier, apprend, dans un communiqué, le Consulat général de France à Alger. Derrière cet arrêt brutal d’activité, il y a un problème d’accès au service Internet, dont une décision de coupure a été prise par l’ARPCE (Autorité de régulation de la poste et des communications électroniques), explique la même source.

Si le consulat français n’explique pas les raisons de cette coupure au réseau internet, l’ARPCE, en revanche, donne plus de détails. Ainsi, dans un communiqué-réponse aux «reproches» du Consulat français, l’ARPCE accuse VFS Global d’Alger d’utiliser le réseau virtuel privé (VPN). Ce qui est contre la réglementation algérienne en vigueur.
À en croire, en effet, le consulat de France, cette interruption ae service, due à une coupure au réseau Internet de cette agence est prise sur décision «unilatérale» de l’ARPCE. «Suite à une décision unilatérale de l’autorité de régulation de la poste et des communications électroniques (ARPCE), prise sans préavis et sans notification, le centre VFS Global d’Alger est privé des accès Internet indispensables à son fonctionnement», explique le communiqué, précisant qu’en conséquence à cette interruption d’Internet «le centre visa est à l’arrêt depuis ce matin».
Justifiant cet arrêt d’activité impliquant donc un arrêt de tous les services liés au processus de traitement et de délivrance du visa, le consulat de France à Alger se dit n’être lui-même «plus en mesure d’instruire les demandes de visa. Aucune instruction n’étant possible, aucune décision ne peut être prise. Aucun visa ne peut être délivré».
Ainsi, le consulat général dit regretter «que cette décision de l’ARPCE, qu’il n’entend pas contester, n’ait pas mieux pris en considération l’intérêt des particuliers et des entreprises pour qui l’obtention d’un visa est une chose particulièrement importante».
Dans le même sillage, en s’en remettant encore une fois à l’ARPCE, le consulat de France à Alger invite les autorités en charge «de bien vouloir reconsidérer cette décision et de prendre les mesures provisoires urgentes indispensables au bon fonctionnement du centre VFS Global d’Alger et du consulat général de France à Alger».
Enfin, exprimant son regret aux demandeurs de visa, dont plusieurs dossiers devraient attendre un traitement, voire même subir les conséquences d’une telle interruption de service, le consulat français «présente ses excuses aux particuliers et aux entreprises pour ce nouvel incident qui fait suite à celui survenu cet été après la fermeture soudaine de l’entreprise SLC qui avait également impacté durablement le fonctionnement du centre VFS Global et du consulat général de France à Alger».
Dans un communiqué diffusé en fin de journée d’hier, et faisant valoir son droit de répondre au consulat de France à Alger, l’ARPCE prend acte des «informations partagées sur les réseaux sociaux et reprises par certains médias sur la coupure des services d’accès internet au niveau du centre VFS Global, dans le cadre de la collecte des demandes de visas pour le compte du consulat général de France à Alger». Suite à quoi, l’ARPCE «tient à préciser que toute exploitation d’un réseau virtuel privé (VPN) en dehors du cadre réglementaire représente une violation aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur, et que l’exploitant est tenu de le déclarer et de se conformer au dispositif mis en place», pouvait-on lire sur le communiqué de cette Autorité. Enfin, la même instance, qui régit la réglementation des télécommunications en Algérie, et en vertu de quoi, dit «demeurer au service de l’ensemble des exploitants pour le traitement de leurs dossiers, dès leur réception, conformément aux textes législatifs et réglementaires en vigueur.»
F. Guellil