Aïn Témouchent : la radio, vecteur de culture et d’éducation

Les jeunes et la radio est le thème retenu cette année, par l’Unesco, pour célébrer la quatrième édition, portant journée mondiale de la radio du 13 février. Cette thématique revêt une importance communautaire et vise particulièrement les jeunes de moins de 30 ans. « Les jeunes ne sont pas suffisamment représentés dans les médias, et cette exclusion est trop souvent à l’image de leur exclusion sociale, économique ou démocratique», selon Irina Bokova la directrice générale de l’Unesco. À l’instar des autres régions de l’Algérie, la wilaya d’Aïn Témouchent était ce jeudi au rendez-vous avec l’événement mondiale. La table ronde animée par la radio locale avait axé le débat autour de l’importance de la radio qui offre «des moyens pour le changement» et qui est par excellence «un vecteur de cohésion, d’entraide communautaire, d’éducation et de culture». Ces termes développés par un parterre de journalistes et d’invités, universitaires et autres, constituaient une feuille de route et «une plate-forme d’échanges où la jeunesse doit trouver sa place et s’exprimer.» C’est cette philosophie qui a mis en route depuis la création des chaines de radios au niveau des 48 wilayas, une modération qui a privilégié l’information de proximité dans la wilaya d’Aïn Témouchent. Les jeunes trouvent en elle un moyen de communication efficace pour s’exprimer, parler des préoccupations quotidiennes de leur cité et dénoncer les abus. L’émission «le citoyen et le responsable», les débats sur la santé, les questions juridiques, les forums, les problèmes des quartiers, les mœurs et coutumes et autres domaines d’intérêt communautaire ont fait acquérir à la radio locale une notoriété et une crédibilité allant crescendo grâce à une jeune équipe éprise de bonne volonté et dévouée pour les causes justes. Certains responsables de peur qu’ils soient coincés par des auditeurs, notamment les jeunes intellectuels trouvent des alibis pour ne pas assister aux émissions et délèguent des subordonnés non en mesure de répondre aux doléances des allocutaires et incapables de prendre des décisions quand des problèmes urgents et nécessitants interventions rapides sont posés. C’est une manière de briser l’isolement dans des cas de conflits, de situation de détresse humanitaire et de création, à la longue, de sentiments d’appartenance communautaire. «Les enjeux de l’étique dans les médias de service public» est la thématique développée par la radio algérienne. Le représentant du ministère a fait savoir que ce forum a été organisé en collaboration avec BBC Média Action. Les jeunes du Témouchentois qu’on a interviewé estiment rencontrer d’excellents journalistes, femmes et hommes, qui disposent un capital d’expérience avéré dans tous les domaines de l’information. Avec l’ouverture d’un site web, des internautes participent, à distance, aux débats lors des émissions qui touchent la société. Ce qui reste à parfaire, dans certains cas, non pas uniquement la source d’information, mais l’information elle-même, notamment en ce qui concerne les statistiques qu’avancent des responsables quand il s’agit de bilans à présenter.

Boualem Belhadri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>