Production nationale

28e FOIRE DE LA PRODUCTION ALGÉRIENNE : Des curieux et des acheteurs à l’assaut

La 28e édition de la Foire de la production algérienne qui s’est ouverte au public dimanche dernier, au Palais des expositions de la Safex, aux Pins maritimes d’Alger, prendra fin demain.

Une édition qui, selon bon nombre d’entreprises publiques et privées participantes qui représentent tous secteurs d’activités confondus : énergie, chimie et pétrochimie, industrie diverses et de transformation, bâtiment et travaux publics, agroalimentaire et services, ainsi que selon les citoyens habitués à être présents à ce rendez-vous, « devenu incontournable », notamment pour ceux ayant des préférences de consommation du produit « made in Algéria » qui nous ont livré leurs appréciations, peu de temps avant la tombée de rideau, sur cet évènement.
Organisée durant la période des vacances d’hiver, la Foire de la production nationale attire du monde. Les nombreux visiteurs qu’on a vu affluer dans la journée d’hier, étaient plus intéressés par les articles au détail : nourritures, habits et produits artisanaux.

Les stands qui attirent la curiosité
Les différents stands d’expositions des produits d’électroménager étaient pris d’assaut par les visiteurs, sans oublier le stand du ministère de la Défense nationale (MDN) dédié à l’industrie militaire qui suscite l’engouement et la curiosité des visiteurs aux armes, modèles de camions, bus et autres véhicules destinés à usages militaire et civil, produites par les 15 unités et entreprises de production de l’ANP. Il est 10h30, une demi-heure avant l’horaire d’ouverture, et les visiteurs sont déjà là en masse, devant les escaliers du pavillon central du Palais des expositions. En attendant l’ouverture de la foire certains enfants étaient autorisés à monter à bord des véhicules de transport de troupes et les autres véhicules blindés fabriqués par le MDN, exposés à l’entrée du pavillon précité, et à prendre des photos, également à l’intérieur des tentes et des chapiteaux qui ont été installés à l’occasion. «Je vois que l’industrie militaire est capable de produire tout type de matériels», témoigne sur place un père de famille accompagné de sa femme et de ses trois enfants, rencontré après l’ouverture de la foire aux stands réservés à la rénovation des matériels aériens.

Le pavillon Saoura, transformé en marché de vente directe
Tel que nous avons pu le constater de visu hier sur place, le pavillon Saoura était un véritable lieu d’attraction des visiteurs. Les stands de vente de cette surface dédiée aux artisans qui fabriquent eux-mêmes leurs produits, biscuiteries, miel, dattes, huile d’olive, fromagerie, des pièces en céramique, de poterie, des bijoux. C’est un lieu de « bonnes occasions », nous dira l’une des ménagères venues hier en grand nombre à la Foire de la production algérienne.

NAWAT, du cosmétique à base d’huile de noyaux des dattes
Les visiteurs de la 28e édition de la Foire de la production algérienne ont également découvert les métiers de l’agroalimentaire et les différents produits cosmétiques naturels à travers les stands du pavillon A. « NAWAT », une entreprise privée basée à Constantine spécialisée dans l’extraction d’huile de noyau de date utilisé dans la fabrication de différentes formules de cosmétiques a suscité la curiosité des visiteurs.
Amar Metaïr, manager de cette entreprise, nous a indiqué que « les noyaux de dattes constituent une biomasse locale, disponible et bon marché».
Il nous a également expliqué que « la valorisation d’un déchet organique, comme le cas des noyaux de datte est notre secret. Après le nettoyage le traitement et le broyage, le processus d’extraction privilégie les méthodes d’extraction à froid qui permettent de restituer les trésors des noyaux de datte en préservant leurs propriétés actives».
Poursuivant, Amar Metaïr, nous a fait savoir que « l’équipe de professionnels de NAWAT fabriquent avec l’huile extraite des noyaux de datte, huit produits bourrés de vitamines et aux multiples bienfaits, à savoir des shampoings et des crèmes de soins».
L’orateur nous a également expliqué que les déchets des noyaux broyés peuvent être aussi utilisés comme des engrais, un aliment pour bétails et comme un produit absorbant pouvant être utilisé dans le traitement des eaux.

Golden Palm, des produits dattiers alliant saveur et thérapie
Une farine de datte, des chocolats de datte, des compléments alimentaires à base de datte, et un complément pour les bébés à base de datte, sont les innovations en produits dattiers, qui sont présentés par l’entreprise privée Golden Palm de Biskra et qui ont suscité la curiosité des visiteurs de la Foire de la production algérienne. Le gérant de Golden Palm, Djemouâai Brahimi, nous a affirmé que « le complément pour les bébés à base de datte sera disponible dans les pharmacies à partir du mois de février prochain».

IRIS à la recherche d’un nouveau souffle à ses pneus
Les stands dédiés à l’électroménager étaient de véritables lieux d’attraction, pour n’en citer que celui du groupe IRIS, leader du marché algérien des produits électroniques et électroménagers qui participe à cette 28ème édition de la Foire de la production algérienne, avec une gamme riche et variée de produits, comme des mobiles IT, des TV, des cuisines encastrables, les blenders, les pétrins, centrales à vapeur, et des aspirateurs. Les visiteurs de ce stand n’ont pas seulement été attirés par les remises et prix promotionnels « Spécial Foire » pratiqués sur place mais aussi, par les pneus de qualité «prémium », fabriqués par l’usine IRIS TYRES, le méga-complexe pneumatique implanté à Sétif. «Après des tests de production au mois de février dernier, avec une capacité de production de 2 millions de pneus par an, nous avons effectué récemment notre première exportation vers l’Espagne, de ces pneus fabriqués dans nos usines à Sétif, » nous a affirmé hier Hichem Hammoudi, manager d’IRIS TYRES.
« Notre pneu détient le meilleur rapport qualité-prix. C’est un pneu de technologie européenne qui répond à toutes les normes. Il est très compétitif par rapport aux prix des pneus chinois par exemple », nous a-t-il précisé d’avantage.
Mohamed Amoruni