PIB

Une croissance de 1,3% du PIB algérien : Les indicateurs s’annoncent favorables pour l’économie nationale

Déjà au terme de son rapport publié il y a peu, la Banque africaine de développement (BAD) avait pronostiqué que l’Algérie allait terminer l’année 2018 avec un taux de croissance de 3,5% de son PIB et un taux légèrement amélioré de 3,8% pour l’année 2019.

En effet ; au 1er trimestre 2018, la croissance du Produit intérieur brut (PIB) de l’Algérie a atteint la barre de 1,3% par rapport à la même période de 2017. C’est ce que révèlent les chiffres communiqués par l’Office national des statistiques qui précise qu’en valeur courante, le PIB a connu une augmentation de 7,4% durant le 1er trimestre 2018 par rapport au 1er trimestre 2017. À signaler que la croissance du PIB global a été de 1,6% sur l’année 2017, alors que la croissance hors-hydrocarbures a été de 2,6%.
Par ailleurs, on a remarqué une hausse du niveau général des prix au 1er trimestre 2018 avec un taux de 6,1% par rapport à la même période de l’année précédente.
Les données révélées par l’ONS, concernant le premier trimestre 2018 montrent un recul de la croissance dans le secteur des hydrocarbures avec une baisse de 2% par rapport au même trimestre de 2017. De son côté, la croissance hors-hydrocarbures a été de 2% par rapport au 1er trimestre 2017.
Cette différence est due essentiellement à la croissance du secteur du bâtiment-travaux publics et hydraulique (BTPH y compris services et travaux publics pétroliers), des secteurs de l’agriculture et pêche, et de l’industrie. En chiffres, la lecture des statistiques émanant de l’ONS permet de déduire que la croissance a été de 4,2% dans l’agriculture et pêche, de 4,7% dans le BTPH (y compris services et travaux publics pétroliers dont la croissance a été de 2%) et de 4,1% dans l’industrie. Quant à l’industrie, il s’avère que sur les dix (10) branches industrielles, cinq (5) ont connu une croissance positive. Il s’agit des filières des matériaux de construction (+12,1%), de l’eau et l’énergie (+8,2%), de l’industrie agroalimentaire (+6,1%), de la chimie, plastique et caoutchouc (+3%) et du bois, papier et liège (+1,8%).
A l’opposé, la croissance a été négative dans les autres filières industrielles qui sont les mines et carrières (-10,2%), les industries de sidérurgie, métallique, mécanique et électrique (-7,4%), les industries diverses (-6,9%), les textiles (-1,1%) et les cuirs et chaussures (-1,1%). Pour ce qui concerne les services marchands, la croissance a été de 3,1%. Concernant les activités composant les services marchands, la croissance a été de 6,6% dans les transports et communications, de 0,5% dans le commerce, de 3,8% dans les services fournis aux entreprises, de 3,3% dans les services fournis aux ménages, alors qu’elle a été négative dans les hôtels-cafés-restaurants (-1,3%).
Les activités relevant des services non marchands ont pour leur part enregistré une hausse de 5,3% dans les affaires immobilières, et de 5% dans les services financiers (banques et assurances), le secteur des administrations publiques marque une décroissance de (-0,5%).
Zacharie S Loutari