Un héro Algérien à Paris refuse de se prendre pour !

À u soir de dimanche dernier, au nord de Paris, un agresseur armé d’un couteau, comme on en connaît à cette méthode d’attaque digne d’une guéguerre urbaine, a frappé d’une main de fer. Dans sa fureur, le forcené de nationalité afghane a laissé derrière lui sept victimes plus ou moins graves. L’assaillant aurait pu faire d’autres victimes si ce n’était l’intervention héroïque d’un groupe de cinq personnes qui l’a stoppé net dans sa furie meurtrière. Et là, le sort du salut voudrait que ça soit tombé sur un Algérien, qui s’est distingué d’un acte de bravoure parmi trois autres de ses compatriotes et un égyptien. Il s’agit du dénommé Smaïn Brida, un sans-papiers, qui s’est jeté sur l’agresseur, l’a désarmé avant de l’immobiliser à terre, le temps que les services de sécurité français arrivent sur les lieux pour interpeller l’assaillant. Il aura fallu moins d’une minute pour que le nom de ce quarantenaire, un sans-papier de son état, sorte de l’anonymat et soit visible sur la scène médiatique. à quelques détails près, ce geste salutaire rappelle l’acte héroïque de Mamadou Gassam, qui, fin mai dernier à Paris, avait sauvé un bébé suspendu du haut d’un balcon du quatrième étage. Reçu par le président Macron à l’élysée, ce Malien a été décoré de la Médaille d’honneur pour acte de courage et de dévouement…et a été naturalisé français. Ces mêmes attributs seraient-ils «accordés» à notre héros ? Pas tant que ça puisque dans son témoignage aux médias, l’Algérien refuse de se prendre pour un héro. «Non, je ne pense pas être un héro. Ce que j’ai fais, tout le monde peut le faire», a-t-il dit en toute humilité.
F. G.