Réseaux sociaux

Skikda : Les réseaux sociaux, vitrines virtuelles pour des commerçants

L’épidémie du nouveau coronavirus qui a imposé le confinement, a contraint des commerçants vendeurs d’effets vestimentaires et d’ustensiles à Skikda à avoir recours aux réseaux sociaux, notamment Facebook, pour écouler leurs marchandises on ligne sous le slogan «Reste à la maison, nous t’apporterons tes courses».

De nombreux commerçants du prêt à porter à Skikda, frappés par les mesures de fermeture imposées par la conjoncture sanitaire, ont trouvé dans les réseaux sociaux la meilleure alternative pour la promotion et la vente de leurs produits qu’ils livrent eux-mêmes jusque chez les clients. En surfant sur les pages Facebook, l’on est surpris par le nombre de pages faisant la promotion de divers articles sans cesse actualisés. Les commerçants publient sur leurs pages les annonces de leurs multiples articles avec photos, prix, pays d’origine et les mesures disponibles à côté, évidemment, des numéros de téléphone et la proposition de venir «en privé» sur Messenger finaliser les détails de livraison. Contacté par l’APS, via Messenger, un vendeur de vêtements pour enfants et femmes affirme que «la mesure de ferm eture des commerces d’effets vestimentaires a occasionné aux marchands de grosses pertes que la vente sur Facebook permet d’en réduire l’impact». Cette formule de vente assortie du service de livraison à domicile à Skikda et ses environs au prix de 200 DA «nous a offert une sortie de crise», soutient ce commerçant qui affirme que même après le déconfinement, il continuera de proposer ce service de vente à distance. Un autre marchand de vêtement pour femmes, installé dans la ville d’Azzaba, assure qu’il recourait bien avant le confinement à l’annonce de ses nouveaux arrivages sur Facebook, mais avec l’épidémie du coronavirus il s’est retrouvé contraint de dépendre exclusivement du commerce électronique. Il assure même que son chiffre d’affaires, depuis le début de la crise sanitaire, a dépassé celui qu’il réalisait par les seules ventes à l’intérieur de son local de commerce au point que tout son stock acheté spécialement en prévision de la fête de l’Aïd El Fitr, a été quasiment écoulé.

Des clients pour, d’autres contre
Contraintes à rester à domicile du fait du confinement partiel, beaucoup de femmes à Skikda ont trouvé sur l’Espace Bleu l’occasion de faire leurs achats en se faisant livrer à domicile par des jeunes filles. Karima Sofiane qui devra convoler en juste noces cet été assure avoir acheté beaucoup d’articles de son trousseau de mariée via des pages Facebook et, comme mesure de prévention du Covid-19, elle dit laisser le colis livré toute une journée sous le soleil pour éviter la contagion. D’autres femmes refusent toutefois de recourir à l’achat électronique, particulièrement durant cette épidémie du coronavirus. Nadjat Baghdadi motive son refus par l’éventualité que nul ne peut écarter que le vêtement essayé par son enfant ait été déjà essayé par un autre enfant porteur du Covid-19. «Cette simple réflexion me pousse à m’armer de patience en cette conjoncture sanitaire», ajoute cette dame. De son côté, Meriem B. estime que cette situation est «une opportunité pour enseigner à nos enfants que les vêtements neufs de l’Aïd ne sont pas une obligation et que beaucoup d’autres enfants de familles démunies doivent s’en passer chaque année». Une autre dame affirme devoir faire porter à ses enfants le jour de l’Aïd leurs vieux vêtements en veillant à ce qu’ils soient soigneusement repassés, tout en émettant le vœu que cette épidémie puisse finir bientôt et que les choses redeviennent à la normale à la prochaine fête de l’Aïd El Adha. D’un point de vue médical, la pédiatre, Hind Louadi a expliqué que la vente en ligne et la livraison à domicile sont «la meilleur e et la plus efficace des manières de faire des achats» en cette période de confinement et de lutte contre la propagation du coronavirus. La praticienne relève toutefois que certaines mesures de prévention devraient être prises, citant entre autres la stérilisation du produit acheté et l’emballage dans lequel il a été livré. Ces mesures doivent être assurées par le vendeur en ligne. Aussi, le livreur doit strictement respecter les mesures de protection, comme le port de la bavette et des gants notamment. Dr Louadi affirme également que se faire livrer des habits ou d’autres articles pour les enfants en particulier en cette période de confinement permettra de booster le moral des enfants en cette «une conjoncture exceptionnelle et inédite». Pour leur part, les services de la sûreté mettent en garde contre les commerçants escrocs qui exigent d’être payés à l’avance, relevant que plusieurs plaintes ont été déposées par des citoyens contre des commerçants qui se sont faits payer à l’avance, puis fermé leurs comptes électroniques sans laisser de traces. Le service de lutte contre la cybercriminalité de la sûreté de la wilaya de Skikda a enregistré, depuis début 2020, cinq plaintes déposées par des citoyens victimes d’arnaques sur Facebook.