Kadiria

Prolifération des décharges sauvages : SOS pollution à Kadiria (Bouira)

La population de la commune de Kadiria à quelque 40 kilomètres au nord de Bouira sont confrontés à un sérieux problème de la prolifération des décharges sauvages. Après avoir taper sur toutes les portes pour trouver des solutions à ce désastre, les citoyens de cette municipalité, ont décidé d’interpeller les pouvoirs publics, notamment leur P/APC sur ce désastre écho-sanitaire, à travers une requête dont une copie nous a été remise.

À travers ce document les requérants se disent exaspérés par la prolifération de ces décharges sauvages et déplorent l’ « inertie » des autorités locales, afin d’y mettre un terme. « Notre commune est devenue une décharge à ciel ouvert. Et le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur », s’alarment ces citoyens qui se disent être soucieux de leur santé et celle de leurs enfants, ainsi que leur environnement.
Selon les signataires de ladite pétition, la plupart des villages et hameaux de Kadiria, sont devenus des décharges où les déchets en tout genre s’entassent, sans que les autorités locales ne bougent le petit doigt. « Notre commune après avoir été un exemple de propreté, est entrain de crouler sous les déchets jetés n’importe où (…) aucun espace n’est épargné », est-il mentionné. Dans cette lettre de doléance les citoyens de Kadiria disent vouloir interpeller pour la énième fois les pouvoirs publics sur « la nécessité » de mettre un terme au déversement des détritus à proximité de leurs habitations. Selon eux, ces décharges sauvages représentent un danger sanitaire : « Pourquoi devons-nous supporter les odeurs répugnantes qui émanent de ces dépotoirs ? Nous sommes des êtres humains et non des bestiaux », se sont-ils indignés, avant d’exhorter leur édile à prendre ses responsabilités, dans le but de mette un terme à ce désastre écho-sanitaire. De son côté le premier magistrat de la commune de Kadiria, Moussa Khithe en l’occurence a joint sa voix à celle de ses concitoyens, en appelant les services concernés, notamment les services de la direction de l’environnement à « lui prêter main forte », en vue de combattre ce fléau. Le maire a tenu à rappeler qu’en 2013, lui et son équipe ont proposé la création d’un Centre d’enfouissement technique (CET), et ce, dans le cadre du plan d’aménagement de la wilaya (PAW). Cependant et selon le même responsable, cette proposition n’a toujours pas trouvé d’écho favorable.
Mieux encore et à en croire le maire de Kadiria, en 2015, une proposition de création d’une décharge publique gardée, a été soumise aux services de la direction de l’environnement, et une assiette foncière, sise la localité d’El-Hdadiche a été sélectionnée. Là encore, soulignera cet élu, cette proposition a été rejetée faute de subventions nécessaires. En évoquant les difficultés financières de sa commune, le maire précise également que la situation financière «critique» dans laquelle se trouve sa municipalité, ne permet pas à cette dernière de s’attacher les services d’une entreprise de gestion des déchets, comme c’est le cas à Lakhdaria ou bien au niveau du chef-lieu de la wilaya. Devant cet état de fait, le maire de Kadiria s’en remet au wali, ainsi qu’au directeur de l’environnement, pour selon ses dires, mettre un terme définitif à la prolifération des décharges sauvages dans sa commune.
Omar Soualah