Plus de 2 000 bêtes décimées par la fièvre aphteuse et la peste ovine : Bouazghi tente de rassurer

Alors que la fièvre aphteuse et la peste des petits ruminants continuent de se propager au milieu du bétail, le ministre de l’Agriculture, Abdelkader Bouazghi, tente de rassurer les éleveurs.

En plus d’une possibilité d’indemnisation, selon les degrés de perte, le ministre a fait savoir que les vaccins permettant d’éradiquer le virus seront disponibles au cours de ce mois de janvier. Dans une déclaration en marge de sa visite de travail de deux jours à Djelfa où il a rencontré des éleveurs, le ministre a précisé qu’il sera mis à leur disposition au cours de ce mois un vaccin spécial pour les maladies épizootiques ayant touché dernièrement cette richesse animale, faisant état de l’enregistrement d’environ 2000 têtes décimées en raison de cette épidémie. Il a indiqué en outre qu’une quantité de vaccins a été fournie dans ce sens permettant d’éradiquer le virus dans certaines wilayas, ajoutant qu’une autre quantité sera fournie, au cours de ce mois, pour accomplir l’opération. Le gouvernement suit avec intérêt l’état d’avancement de cette épizootie, à travers la mise en œuvre de plusieurs mesures, a-t-il ajouté, affirmant que la situation est sous contrôle. «Nous avons rencontré dernièrement les services agricoles et les inspections vétérinaires à travers les wilayas, ainsi que la Fédération nationale des éleveurs et l’Association nationale des éleveurs, et suivons avec intérêt la situation dans toutes les wilayas, notamment les wilayas steppiques qui disposent de millions de têtes d’ovins à l’instar de Djelfa, El-Bayadh, Saïda et Nâama», a poursuivi le ministre. En ce qui concerne l’indemnisation, Bouazghi a indiqué que dans de tels désastres, il y a une indemnisation à des degrés différents selon l’âge du bétail. Quand les services vétérinaires constatent une perte, l’État soutiendra les éleveurs, ajoutant que le complexe des viandes rouges à Hassi Bahbah est prêt à acquérir auprès des éleveurs les têtes d’ovin dont les viandes sont saines à consommer. Par ailleurs, le ministre a fait état d’une série de mesures consistant à demander aux walis des wilayas frontalières d’intensifier le contrôle sur le mouvement de tous les ovins à l’intérieur et à l’extérieur du pays, outre la décision de fermeture temporaire des marchés de bétail et le contrôle de leur déplacement. De son côté, le directeur des services vétérinaires au ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Hachemi Kaddour Karim, a déclaré que le ministre a rassuré les éleveurs et leur a fait part du soutien constant de l’état, précisant que le ministre a ordonné l’accélération de l’achat du vaccin des petits ruminants disponible auprès de tous les laboratoires, alors que celui de la fièvre aphteuse est disponible auprès des laboratoires internationaux spécialisés, c’est pourquoi nous devons attendre les analyses pour définir le type de virus et éliminer définitivement cette maladie. Lors de cette rencontre, les éleveurs ont fait part de leurs préoccupations au premier responsable du secteur, notamment en ce qui concerne la protection de leur richesse animale, et ont réclamé une assistance dans les plus brefs délais pour éviter la perte de leur cheptel.
Ania Nait Chalal