greve

Fin de la trêve dans le secteur de l’éducation : Un deuxième trimestre sous le signe de la protesta

Après un premier trimestre plus ou moins calme, le secteur de l’éducation nationale risque d’être mouvementé au cours du deuxième trimestre qui débutera, demain dimanche, avec le dernier jour, aujourd’hui, des vacances d’hiver. C’est du moins ce que laisse présager la tension entre le ministère et ses partenaires sociaux qui comptent se réunir lundi prochain, pour fixer une date à la grève générale qu’ils comptent observer.
Réunis en une intersyndicale, 6 syndicats du secteur de l’Éducation ont, en effet, décidé de passer à la vitesse supérieure et d’entamer une série d’actions de contestation d’envergures à partir de ce second trimestre de l’année scolaire. Après avoir annoncé leur retrait du pacte d’éthique et de stabilité que la ministre Nouria Benghebrit leur avait fait signer, en 2015, ces 6 syndicats prévoient de se réunir le lundi 7 janvier afin de décider de la nature et de la durée de l’action de contestation. Cette réunion qui regroupera le SATEF, le CLA, le CNAPESTE, le SNAPESTE, le SNTE, et l’UNPEF, devra découler vers une grève générale, selon les dires du secrétaire général du SATEF, Boualem Amoura, qui avait affirmé que les rassemblements ne donnaient plus de résultats. Il convient de rappeler qu’à l’issue d’une rencontre organisée le 18 décembre dernier, l’intersyndicale de l’éducation avait dénoncé, dans un communiqué rendu public, les décisions bilatérales prises par la tutelle sur les plans pédagogique et administratif, et les promesses non tenues quant à la prise en charge des problèmes des travailleurs notamment au niveau local. Les signataires du communiqué avaient également dénoncé l’entrave aux libertés syndicales et les atteintes aux droits des travailleurs. Ainsi, un appel a été lancé à toutes les formations syndicales pour tenir leurs conseils nationaux et passer au peigne fin la situation du secteur afin de prendre des positions claires. Il faut souligner, cependant, que la mobilisation des syndicats intervient au moment où le ministère annonce un concours de promotions aux grades prévu le 15 janvier prochain.
Ania Nait Chalal