Afriquep5

PANDÉMIE DU COVID-19 : Le groupe africain à New York demande à l’ONU de doubler d’efforts en soutien à l’Afrique

Le Groupe africain à New York a appelé l’ONU à redoubler d’efforts pour soutenir l’Afrique dans sa lutte contre le coronavirus (Covid-19) qui exige « une riposte multilatérale et coordonnée », a indiqué jeudi le représentant permanent de l’Algérie à l’ONU, Sofiane Mimouni.

À l’initiative de l’Algérie, qui assure la présidence du Groupe Africain pour le mois d’avril courant, le Secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres, a tenu mercredi une réunion virtuelle avec le Groupe afin de lui présenter les différentes initiatives lancées dernièrement par l’ONU dans le cadre de son effort visant à coordonner l’action mondiale pour lutter contre le Covid-19 et son impact en Afrique.
Dans ses remarques introductives, M. Mimouni a tenu à remercier le SG de l’ONU pour ses « efforts inlassables et pour son leadership qui ont marqué la lutte mondiale contre le Covid-19 ainsi que sa clairvoyance démontrée à travers le lancement de plusieurs initiatives visant à assurer une réponse multidimensionnelle à cette crise ».
Le représentant de l’Algérie a, ainsi, souligné la nécessité d’ »une riposte multilatérale et coordonnée face à cette crise mondiale majeure et sans précédent », et plaidé en faveur du « renforcement de la coopération et de la solidarité internationales dans ces moments difficiles ».
À cet égard, il a appelé à « la non-politisation de la lutte contre Covid-19″, en affirmant qu’ »il était temps de fédérer tous les efforts et de surmonter les divergences et la logique d’intérêt afin de relever, ensemble, le défi face à cet ennemi commun, et de ne laisser personne de côté ».
Il a, en outre, exprimé le soutien à l’appel du SG de l’ONU à « un cessez-le-feu immédiat afin de permettre aux pays en proie à des conflits ainsi qu’aux différents acteurs humanitaires de faire face à la propagation de la pandémie qui menace les personnes les plus vulnérables ». Un appel qui, de surcroît, « s’inscrit en parfaite harmonie avec les principes fondateurs de l’Union africaine et de son thème au titre de l’année 2020 : « Faire taire les armes : créer des conditions propices au développement de l’Afrique », a-t-il soutenu. Le diplomate a tenu à rappeler que l’Afrique compte le plus grand nombre de réfugiés et de déplacés internes, indiquant que « le continent ne peut que se réjouir du « Plan mondial de réponse humanitaire contre Covid-19″, lancé par le Secrétaire général de l’ONU et à travers lequel il a lancé un appel de fonds de 2 milliards de dollars.
M. Mimouni a, en outre, relevé le rôle crucial du système des Nations unies, en particulier de l’OMS, dans l’assistance technique et financière aux pays dans le but de les préparer à faire face au Covid-19. Il a, à ce titre, renouvelé le soutien à l’OMS et à son Directeur général face aux critiques dont ils font l’objet en estimant que la décision de suspendre le financement de l’OMS, à ce moment critique, est pour le moins inopportune ».   L’ambassadeur Mimouni a indiqué qu’ »au moment où nous affrontons cette pandémie avec tous les moyens disponibles, nous ne devons pas négliger les objectifs communs que nous avons définis ensemble dans les agendas 2063 et 2030, car les conséquences socioéconomiques de la pandémie nécessitent l’élaboration de stratégies à court et à long termes et une plus grande solidarité des partenaires ».   Se félicitant du rapport du Secrétaire général de l’ONU sur « la Responsabilité partagée, la solidarité mondiale : répondre aux impacts socio-économiques du Covid-19″ et du lancement du Fonds de réponse et de redressement Covid-19, le représentant de l’Algérie à l’ONU a mis en exergue la décision de l’Union africaine (UA) de nommer 4 envoyés spéciaux pour mobiliser le soutien international aux efforts de l’Afrique en vue de relever les défis économiques auxquels les pays africains seront confrontés à la suite de cette pandémie, ainsi que l’initiative de l’UA de créer un Fonds de réponse pour le Covid-19 et la mise en place d’un comité de coordination ministériel sur la santé, les finances et les transports.  Il a, à cet effet, émis le souhait de voir la communauté internationale répondre positivement aux efforts de l’organisation continentale et a exhorté les partenaires à lever toutes les sanctions économiques imposées aux pays africains pour leur permettre d’agir de manière adéquate à la pandémie.
M. Bendib