bedoui

Nourredine Bedoui écouté par la justice

L’ancien Premier ministre et ancien ministre de l’intérieur, Nourredine Bedoui, a été écouté par la justice dans deux affaires différentes. La première concerne le dossier de Abdelghani Hamel dont le procès en appel a été officiellement programmé pour le 31 mai prochain.
Il se trouve que ce dossier a été scindé en quatre parties et que, pour des raisons de compétence territoriale, chacune d’entre elles est traitée par un tribunal différent, rapporte le Soir d’Algérie.
L’affaire centrale a été traitée à Alger, au tribunal de Sidi-M’hamed, et les trois autres parties ont été réparties entre Blida, où il doit comparaître avec Noureddine Berrachdi, ancien chef de la Sûreté de la wilaya d’Alger, à Tipasa, où sa comparution se fera avec l’ancien wali d’Alger Abdelkader Zoukh, et enfin à Boumerdès où a été transmis son dossier. C’est donc là qu’un juge d’instruction l’a écouté tout récemment sur un point précis.
Le procès Hamel avait, en effet, fait ressortir l’existence d’une zone d’ombre relative à une directive adressée par les services de Bedoui, alors ministre de l’Intérieur à cette époque, pour l’annulation d’une décision de justice interdisant l’octroi d’un terrain de 14 000 mètres carrés aux fils Hamel.

L’auteur de la détérioration des fresques murales à Alger arrêté
L’auteur de la détérioration de la fresque murale à Alger, Faycel Gueffaz a été arrêté, hier, vendredi 22 mai, par les services de sécurité. Après avoir été auditionné par les services de sécurité, Faycel Gueffaz a été présenté devant la justice. Une vidéo mettant en scène Faycel Gueffaz en train de recouvrir la fresque murale d’une peinture blanche a fait le tour des réseaux sociaux il y a quelques jours, provoquant un tollé général. Plusieurs artistes ont dénoncé cet acte de vandalisme. Une polémique a poussé le secrétaire d’État chargé de la production artistique Salim Dada de se déplacer sur le lieu du forfait qualifiant cet détérioration d’acte crapuleux qui ne doit pas passer sous silence. À noter enfin que des artistes se sont portés volontaires pour réparer cette fresque et même pour orner encore tous les murs nus de la capitale pour redonner à Alger son aura de ville d’arts et de blancheur.

Un voisin par trop belliqueux 
Selon un site d’information marocain, le premier ministre chérifien, Saâdeddine Othmani en personne a signé un décret d’expropriation d’un terrain forestier situé à 53 kilomètres à peine de la frontière algérienne afin d’y implanter une base militaire des forces armées royales. Une pareille décision, qui ne peut être perçue que comme une provocation, une de plus, soit dit en passant,trahit le caractère par trop belliqueux de notre remuant voisin de l’ouest.

Les géants de la Silicon Valley favorables à une pérennisation du télétravail
Plusieurs géants de la Silicon Valley ont annoncé récemment leur intention d’opérer une transition vers la pérennisation du travail à distance provoquée par la pandémie de coronavirus.
Le PDG de Facebook Mark Zuckerberg a annoncé la semaine dernière que près de la moitié des employés du réseau social pourraient travailler à distance dans cinq à dix ans, tandis que le PDG de Twitter, Jack Dorsey, est allé plus loin, donnant aux employés de Twitter et de Square la possibilité de travailler à domicile indéfiniment. Facebook avait précédemment étendu la possibilité à la grande majorité de ses employés de travailler à distance jusqu’à la fin de l’année. Jeudi, Zuckerberg est allé encore plus loin lors d’une réunion interne, affirmant que des dizaines de milliers d’employés peuvent désormais travailler de façon permanente à domicile. La société compte intensifier le recrutement à distance et développer des centres de recrutement à Atlanta, Dallas et Denver, a indiqué Zuckerberg.
Les entreprises de technologie ont été parmi les premières à envoyer des travailleurs chez eux en mars alors que le nouveau coronavirus se répandait sur la côte ouest. Désormais, alors que de plus en plus d’entreprises sont en train de rappeler leurs salariés au bureau, les entreprises de la Silicon Valley y sont plus réticentes.

Mis aux poings

« Mes deux filles n’ont jamais mis les pieds ni en France ni au Canada », Abderrazak Mokri, Président du MSP.
Qui se justifie…

« L’option militaire en Libye n’est pas une solution », Rached Ghannouchi, président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP, parlement) de Tunisie.

Mais en Tunisie, l’option n’est pas totalement écartée. Et pour cause…