Passeport

NOS RESSORTISSANTS INTERDITS DE VISA D’ENTRÉE AUX ÉMIRATS : L’Algérie ne cédera pas !

Les Émirats arabes unis ont interdit d’entrée à leur pays les ressortissants de 13 pays dont l’Algérie.  La mesure qui n’a pas été justifiée par les responsables de cet émirat concerne les visas d’entrée au profit de ressortissants du Pakistan, la Turquie, l’Iran, la Libye, le Yémen, la Syrie, l’Irak, la Somalie, le Kenya, le Liban, la Tunisie, l’Afghanistan et l’Algérie.

Elle concerne également les tunisiens âgés de moins de 60 ans, selon une circulaire transmise aux services de sécurité en charge des aéroports de ce pays.  Le porte-parole de la diplomatie du Pakistan, qui s’était dit étonné par une telle mesure, l’avait justifiée par la deuxième vague de Covid-19. M. Zahid Hafeez Chaudri, avait, dans une déclaration reprise par le journal The Express Tribune, affirmé que les autorités de son pays n’avaient reçu aucune explication justifiant cette mesure, décidée depuis le 18 novembre dernier.
L’agence Reuters, citant des responsables émiratis avait annoncé qu’une circulaire des services de l’émigration avait annoncé,  le 24 novembre dernier,  l’interdiction d‘entrée de leur territoire aux ressortissants de 13 pays dont l’Algérie. Et même si aucun motif n’a été avancé pour justifier une telle mesure, Reuters avait noté qu’elle pourrait avoir des motifs sécuritaires. Toutefois, concernant l’Algérie, il est clair que cette interdiction fait partie des menaces brandies par un responsable émirati à l’adresse de notre pays qui entretient des relations de coopération assidues avec cet État du Golfe. Depuis l’élection du 12 décembre dernier et l’arrivée de M. Tebboune à la présidence de la République, les relations avec ce pays ont connu une certaine tiédeur. Les Émirats arabes reprochent aux autorités algériennes les critiques formulées après les mesures de normalisation avec l’État hébreu. Alger, qui fait du soutien de la cause palestinienne un principe de sa diplomatie dans la région du Moyen- Orient avait critiqué la normalisation des relations avec Israël décidée par certains pays arabes. Ce petit Émirat du Golfe profite de son aisance financière et de ses liens avec la finance internationale et certains lobbies occidentaux pour se faire le gendarme dans la région Mena et pour être le cheval de Troie par lequel sera imposée la normalisation avec l’Etat hébreu. Il est clair que les Émirats sont gênés par l’Algérie  dans leur volonté d’imposer une solution dictée par les puissances étrangères et régionales, en Libye. Ils voient la position de notre pays inamicale et contraire à leurs intérêts, rien que ça ! Ce pays affiche clairement des positions hostiles à l’Algérie et à ses efforts de paix aussi bien en Libye qu’au Sahara occidental. Le soutien d’Abou Dhabi aux positions de Rabat est évident puisqu’il a décidé d’ouvrir un consulat dans la capitale sahraouie occupée Laayoune. L’Algérie fidèle à ses principes de défense des peuples opprimés a refusé de céder au diktat et c’est ce qui a valu à ses ressortissants d’y être déclarés persona non grata aux côtés de pays voisins, comme la Tunisie et la Libye.
Slimane Ben