Tebboune

LE PRÉSIDENT AVERTIT LES PARTIES QUI PROFITENT DU DRAME POUR SEMER LES GRAINES DE LA DIVISION : « L’unité nationale est une ligne rouge »

L’étendue des incendies de forêts criminels qui ont démarré de Tizi-Ouzou, depuis la nuit d’horreur de lundi à mardi, avant de gagner une quinzaine d’autres wilayas dans une réaction en chaîne, a poussé le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à s’adresser dans un message télévisé, à la Nation.

Dans son allocution diffusée jeudi soir, le président Tebboune s’est d’abord incliné à la mémoire des vies humaines emportées par les feux, parmi les citoyens civils et militaires, et de-là réitérer ses condoléances à leurs familles.
Après avoir confirmé à ce stade l’hypothèse de la piste criminelle sur laquelle planchent les services de sécurité dans l’enquête diligentée pour connaitre les auteurs et commanditaires de ce sinistres, le chef de l’Etat, allusion aux parties qui profitent de la situation dramatique que vivent les Algériens, met en garde fermement contre toute action visant à semer la sédition, la discorde et la haine entres citoyens d’un même pays en vue de porter atteinte à leur unité et celle de l’Algérie. En la circonstance, il a exhibé une carte satellite à travers laquelle il a expliqué l’étendue des incendies sur plusieurs wilayas.
« L’unité nationale est sacrée et une ligne rouge », a tranché le président de la République qui rappelle à ceux qui ont la mémoire courte parmi les aventuriers qui s’allient avec l’ennemi contre leur pays, que la souveraineté territoriale et nationale de l’Algérie a été arrachée des mains du colonisateur français au prix d’un million et demi de chouhada. Dénonçant ce qui s’apparente à un complot pour diviser l’Algérie, œuvre que « profiteurs d’occasions pour semer la discorde », le chef de l’État promet la riposte ferme et impitoyable de l’État contre les auteurs. «L’État algérien est indivisible, il en est de même pour le peuple », et la question de l’unité nationale « est tranchée », a-t-il souligné, assurant que toutes « les voies possibles » seront employées pour barrer la route aux parties désirant attenter à cette union.
Il en est de même pour la relation peuple-armée et peuple-État que ces mêmes parties tentent de porter préjudice. Autrement, ceux qui profitent de cette tragédie que traversent des wilayas entières pour « envenimer la situation et tenter de séparer entre l’armée et le peuple et entre le peuple et l’État doivent savoir que « ce sont les citoyens honorables qui ont soutenu les services de sécurité pour mettre la main sur des suspects ».
En outre, le chef de l’État reste focus sur la nécessité impériale de préserver l’unité nationale, estimant que toute velléité d’y porter atteinte « est un crime en soi ».
À propos l’affaire du jeune Djamel Bensmail, issu de Khemis Miliana dans la wilaya d’Aïn-Defla, un bénévole parti à Larbaâ Nath Irathen (Tizi-Ouzou) pour participer aux opérations d’extinction des feux, avant qu’il ne soit lynché et brûlé sauvagement par des individus pour des soupçons de pyromanie, le chef de l’État a promis que cet incident d’une extrême gravité ne restera pas impuni et que la justice frappera d’une main de fer. Le président Tebboune a ainsi mis en garde qu’ « il convient de ne pas exploiter cette circonstance, ni de tomber dans le piège de deux organisations terroristes qui tentent de porter atteinte à l’unité nationale », a-t-il affirmé non sans renvoyer de ses propos au Mak et à Rachad.
Farid G.