MINURSO-

LANCÉ DANS UNE PROPAGANDE QUI VISE À DISCRÉDITER LA MINURSO : Le Maroc rattrapé par ses mensonges

La guerre médiatique bâtie sur des fake news relayées par des sites électroniques de propagande, que mène le Maroc, est toujours battue en brèche par la réalité du terrain notamment dans les territoires du Sahara occidental qu’il occupe et qu’il s’entête à vouloir spolier.

La presse marocaine, « briefée » par le Makhzen est en train de verser dans des mensonges éhontés qu’elle veut, contre vents et marées présenter comme des vérités.  À grands renforts de mouches électroniques de sites Internet et de pages Facebook les services de propagande marocains ont tenté, au cours des derniers jours de dédouaner l’armée marocaine, qui a délibérément assassiné, dans le territoire d’un pays voisin, trois ressortissants étrangers en usant de munitions de guerre. L’incident qui a fait la Une des médias internationaux, a mis dans la gêne le palais royal d’où l’appel « à l’aide » lancé au Makhzen pour sauver le gouvernement de Aziz Akhennouch Et après la première salve de mensonges tirée, la réaction de l’ONU ne s’est pas fait attendre. L’ONU a démenti les fausses informations colportées par des médias marocains concernant des propos attribués au représentant spécial pour le Sahara occidental et chef de la MINURSO, Alexander Ivanko selon lesquels une prétendue « frappe aérienne avait touché un convoi de véhicules du Front Polisario transportant des armements ». L’ONU a reçu des éclaircissements de sa Mission pour l’organisation du référendum d’autodétermination au Sahara occidental (MINURSO), « concernant un certain nombre de reportages dans les médias marocains suggérant que le représentant spécial Alexander Ivanko a déclaré qu’une frappe aérienne avait touché un convoi de véhicules du Front Polisario qui transportait des armements », a indiqué le porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU, Farhan Haq lors d’un point de presse, mardi  assurant que « le représentant spécial n’a pas dit cela ». Les médias marocains ont tenté de monter tout un scénario pour faire croire que les véhicules ciblés par l’attaque appartenaient au front Polisario et transportaient des armes. Et plus perfide encore, ils ont tenté de Faire endosser au chef de la Minurso Alexander Ivanko, des propos qui appuient cette thèse alors que les preuves indiquant qu’il s’agissait d’un convoi civil, bombardé loin des frontières marocaines sont présentes.  Par son jeu perfide et ses manœuvres éhontées, le Maroc, veut discréditer la Minurso et par extension l’ONU en lui faisant tenir des propos qui soutiennent sa thèse d’un règlement du conflit du Sahara occidental dans le strict cadre de l’autonomie. La Minurso a pu se rendre sur les lieux de l’attaque présumée du 13 avril et a trouvé trois véhicules, deux camions et un véhicule léger, qui semblaient avoir été touchés par des munitions aéroportées », a ajouté Alexander Ivanko, relevant qu’il y’a eu des victimes dans l’incident et que cette  information a été dûment communiquée au Conseil de sécurité le 20 avril ». C’est un véritable camouflet que vient de subir le Maroc qui est rattrapé par ses mensonges et qui voit le montage grossier de faits mensongers lui revenir, tel un boomerang, à la face. Et plus récent encore, Rabat et ses Goebbels en herbe a reçu une autre gifle. En effet, jeudi dernier, le porte-parole des Nations unies, Stéphane Dujarric avait démenti le contenu d’un article alléguant que l’Envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, aurait « applaudi » en privé la récente annonce par l’Espagne concernant son revirement dans la question sahraouie. « Je vais réitérer ce que j’ai déjà dit, à savoir que toute déclaration sur la position de De Mistura ou ses activités qui n’est pas publiée par lui ou mon bureau est trop souvent une déformation des faits », avait déclaré Stéphane Dujarric lors de son point de presse quotidien. Ce qui veut dire en un mot comme en mille, que le Maroc est sommé, par la Minurso et l’ONU, de fermer sa gueule.
Slimane B.