venezuelap4

L’AMBASSADEUR DU VENEZUELA À ALGER SUR LES ÉLECTIONS QUI SE SONT DÉROULÉES DANS SON PAYS : « Le triomphe du courant patriotique, un message fort à la communauté internationale »

Invité hier, à animer le Forum du Courrier d’Algérie, l’Ambassadeur de la République bolivarienne du Vénézuéla,  José De Jesus Sojo Reyes, a qualifié «  d’énorme victoire pour le peuple vénézuélien », les résultats des élections régionales et municipales du 21 novembre dernier au Vénézuela, donnant un large triomphe au courant patriotique, à sa tête le parti d’Hugo Chavez.

L’ex-ambassadeur vénézuélien à la Norvège, avant son poste à Alger, est revenu longuement, dans sa lecture, non seulement de la victoire des acteurs patriotiques vénézuéliens lors des élections régionales et municipales, mais aussi sur les messages et de surcroît des leçons à tirer, notamment pour l’opposition dans ce pays qui, des années durant, a été « une carte entre les mains de Washington » pour la déstabilisation de la République bolivarienne.
Pour le diplomate, les électeurs à l’instar de l’ensemble du peuple vénézuélien ont et continuent de subir les conséquences des sanctions américaines et occidentales, ont répondu, en donnant la victoire électorale au courant patriotique, affichant ainsi leur opposition aux choix passés et actuels de l’opposition, principalement celle conduite par Juan Guadio. Confiant de voir une dynamique citoyenne pour le développement et le progrès, dans son pays, après ces élections, qui sont aussi un message fort, non pas pour les États-Unis, mais ses alliés, certains pays d’Amérique Latine et de l’Union européenne, l’Ambassadeur du Vénézuela invite ces derniers à marquer « une autonomie dans leur politique étrangère avec la République bolivarienne du Vénézuela » et de cesser d’être « le bras droit des États-Unis » notamment dans sa politique des sanctions économiques «illégales» contre le peuple vénézuélien.
Indiquant à l’adresse des européens notamment que les « sanctions économiques ont touché plus de 85% du peuple vénézuelien », qui malgré les conséquences difficiles sur la vie-socio-économique de la majorité des vénézueliens de ce blocus qu’il qualifie d’« injuste et illégale » l’ambassadeur ajoute que « les électeurs ont voté pour leur pays, la dignité et la souveraineté en donnant la victoire au courant patriotique » dont principalement les candidats du parti de Chavez. Refusant toute ingérence dans les affaires du pays et notamment l’insoumission des Vénézueliens au diktat des États-Unis, escompté par les sanctions économiques des occidentaux, les résultats consacrent l’enracinement du courant patriotique, à tel point que même des villes et des mairies, connues pour être des fiefs de l’opposition et de la droite, des années durant, ont basculé pour que la gestion revienne au courant patriotique, dont des gouverneurs et des maires du parti du président Nicolas Maduro.
Dans ce cadre, l’Ambassadeur Jose De Jesus Sojo Reyes citera à titre d’exemple des mairies et des régions limitrophes de leur voisin la Colombie, pays sous la mainmise de Washington, qui viennent de rompre avec deux à trois mandats de gouvernance de l’opposition, qui « s’est discréditée » en sollicitant l’intervention et les pressions étrangères pour déloger le président Maduro, en vain. L’opposition qui a été en rang dispersé dans ses élections, après des années durant conduite par Juan Guadio. Ce qui l’amène à lancer un message aussi à l’UE, qui ses observateurs dépêchés au Vénézuéla, lors des scrutins en question, dans l’espoir d’assister à des failles ou des fraudes, lors de ce processus électoral, cherchent « à souiller et altérer le système électoral dans notre pays, alors que leurs collègues observateurs, dont ceux de l’institut américain Carter attestent du bon déroulement des élections régionales et de mairies.
Indiquant que l’étape à venir dans son pays, après « l’affirmation du pouvoir populaire  par la victoire du courant patriotique » est de s’acheminer sur la voie « de la construction et la consolidation des institutions » du pays, l’invité du Forum affirme que la volonté des Vénézuéliens est d’aller sur la voie «  de la recherche des solutions du pays entre Vénézueliens, sans ingérence ni interférence étrangère » et que la défaite de l’opposition , principalement celle du parti de Juan Guadio « est cuisante  autant que pour son rôle déstabilisateur du pays que lui font jouer les États-Unis ». Concluant que l’opposition qui a été en rang dispersé lors des élections en question, aura des difficultés à s’unir, au regard des « divergences en son sein ».
Par ailleurs, notre interlocuteur a relevé qu’après la mise en échec des manœuvres de l’opposition entreprises ces dernières années, en exécution des plans de Washington, visant la déstabilisation du pays voire l’effondrement de ses institutions suivis depuis peu, par également l’échec de l’opposition dans les dernières élections, des pays notamment en Amérique Latine, pro États-Unis, Caracas note « des changements d’attitudes » par rapport, aux hostilités manifestées par le passé. Il est à rappeler que le 21 novembre dernier se sont tenues au Vénézuéla des élections régionales et municipales qui ont enregistré le retour des observateurs internationaux après 15 ans d’absence, et aussi la participation de l’opposition, qui a rompu avec sa position de boycott des scrutins précédents présidentiel et législatif, en participant en rang dispersé. La victoire du courant patriotique a été écrasante, lors de ces élections avec 19 postes des 22, de gouverneurs et la capitale Caracas.
Soutien indéfectible du Vénézuéla aux peuples en lutte pour le droit à l’autodétermination et l’indépendance, dont les Palestiniens
Rappelant l’expulsion de l’ambassadeur de l’entité sioniste, par Caracas, en condamnation aux agressions militaires israéliennes contre le peuple palestinien notamment à Ghaza,, l’Ambassadeur de la République bolivarienne de Vénézuéla,  Jose De Jesus Sojo Reyes a rappelé, hier, animant le Forum du Courrier d’Algérie, que le soutien de son pays peuple et gouvernement, à la lutte des peuples pour leur autodétermination et indépendance « est une position de principe à laquelle nous nous attachons » a-t-il précisé. Saluant à cette occasion, la visite en cours, en Algérie, du président palestinien, Mahmoud Abbas, l’ex-ambassadeur vénézuélien à la Norvège, Jose De Jesus Sojo Reyes a affirmé, le soutien de son pays aux droits légitimes du peuple palestinien à édifier son Etat Indépendant et en finir avec la colonisation israélienne des terres palestiniennes.
Karima Bennour

PRÉVUE AU COURS DU 1er SEMESTRE DE 2022
Visite du Premier ministre du Venezuela en Algérie
L’Ambassadeur de la République bolivarienne du Venezuela en Algérie, José De Jesus Sojo Reyes, a révélé qu’une prochaine visite du Premier ministre du Venezuela en Algérie est programmée au cours du premier semestre de l’année prochaine. Cette visite sera suivie de la tenue d’une rencontre de la commission mixte algéro-vénézuélienne à Caracas. S’exprimant hier au forum du Courrier d’Algérie, le diplomate a précisé que cette rencontre à la capitale Caracas sera l’occasion d’aborder plusieurs thèmes et certainement pour conclure des accords de coopération entre les deux pays, relevant que plusieurs ministres algériens y seront attendus.

« Étendre les relations vers d’autres domaines »
De ce qui est des relations entre les deux pays, l’Ambassadeur du Venezuela en Algérie a estimé que celles-ci sont de très haut niveau. « L’Algérie et le Venezula entretiennent des relations politiques historiques de très haut niveau », dira-t-il, soulignant toutefois que la crise économique causée par la pandémie du Covid-19 a fortement impacté ces relations, ces derniers temps. « Nous avons remarqué une certaine régression de ces relations, en raison de la crise économique causée par la pandémie du Coronavirus. Il y a des aspects qui n’ont pas avancés, et nous avons beaucoup de travail à faire dans ce sens », a relevé le diplomate.
Il a évoqué, dans ce sens, des déclarations récentes du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, sur la nécessité de relancer les relations entre l’Algérie et le Venezuela, qualifiant la démarche de positive. Il proposera, à cet égard, d’étendre les relations d’amitié et de fraternité des deux pays vers d’autres domaines tels que le secteur non énergétique. « Même s’il y a des relations fortes au niveau de l’OPEP, il a été noté une volonté de la part des entreprises algériennes étatiques et privées d’investir au Venezuela, dans d’autres créneaux, a, encore, relevé le diplomate. Selon lui, il y a beaucoup de produits vénézuéliens qui peuvent avoir leur place dans le marché algérien et « vice versa ».
Ania Nch.