Education

Ils appellent à l’installation d’une commission d’enquête : Les sous-intendants de Skikda en colère

Ayant passé leur concours de recrutement avec succès, et un mois de stage à Jijel, un groupe de sous-intendants ont très vite déchanté après que la direction de la Fonction publique de la wilaya de Skikda ait décidé d’annuler leur candidature. Dans un communiqué, rendu public, ils dénoncent «un précédent grave», et prévoient d’organiser des regroupements devant le ministère de l’Éducation nationale et la Direction générale de la Fonction publique à compter de cette semaine.
Ces lauréats au concours de recrutement aux postes de sous-intendants organisé à Skikda, se disent victimes d’une exclusion arbitraire inexpliquée décidée par la direction de l’éducation «en complicité» avec la direction de la fonction publique de la wilaya. Après avoir passé le concours avec succès, suivi d’un stage de formation d’une durée d’un mois, les contestataires expliquent avoir été choqués d’apprendre cette décision qui a remis en cause la crédibilité du concours, et le principe de l’égalité des chances dans le domaine de l’emploi. Outre les profondes répercussions psychologiques et morales, cette décision «injuste» a impliqué, poursuit-on dans le même document, une perte de confiance renforcée en l’administration et les institutions de l’État. Mais ce qui a enfoncé le clou, davantage, ajoute-t-on, c’est l’absence et la fermeture totale des canaux de dialogue. «Nous avons tenté de trouver des réponses convaincantes à notre cas auprès des deux directions citées ci-dessus, mais en vain», déplorent les exclus.
Devant cet état de fait, il a été donc décidé d’entamer des actions de contestations à travers la tenue de rassemblements devant le siège du ministère de l’Éducation nationale, et la Direction générale de la Fonction publique à Alger, et ce à partir de cette semaine. Les sous-intendants exclus sollicitent, notamment, l’intervention du président de la République et du Chef de l’exécutif à intervenir en faveur de l’équité. Tout en appelant la corporation des journalistes, organisations de défense des droits de l’Homme, la société civile, et les élus locaux à les soutenir et à mettre en avant leur cause, les contestataires affichent leur attachement à leur revendication et à récupérer leurs postes arrachés avec mérite et beaucoup d’effort. Ils affichent, également, leur volonté à continuer à défendre leur droit de toutes les manières légales, et appellent à la mise en place d’une commission d’enquête indépendante afin de mettre la lumière sur cette affaire. Contacté, à ce propos, le président du Comité national des fonctionnaires des services économiques, Mustapha Nouaouria, a expliqué que ces candidats aux postes de sous-intendants qui ont été exclus après avoir été pourtant admis au concours, ont des diplôme de licence soit un BAC+4 alors que l’accès aux postes de sous-intendant nécessite seulement un BAC+2. Il a signifié, toutefois, que contrairement aux autres wilayas, seule la wilaya de Skikda a appliqué cette mesure ce qui a provoqué l’ire des concernés. Selon Nouaouria, c’est au niveau de la Direction générale de la Fonction publique que cette affaire devrait être résolue.
Ania Nait Chalal