GHALI

IL POURSUIVRA LA LUTTE POUR RECOUVRER SA SOUVERAINETÉ : « Le peuple sahraoui est plus que jamais déterminé »

Réaffirmant que le peuple  sahraoui poursuivra sa lutte  jusqu’à libérer  son territoire, le  Sahara occidental, de  l’occupation marocaine, le président  Brahim Ghali, a rappelé, hier, dans son discours à l’occasion du 45ème anniversaire de la proclamation de la  RASD,  la responsabilité de l’Espagne des conséquences de son désengagement  à parachever le processus de décolonisation de son  ex-colonie, le Sahara occidental, qui a ouvert la voie à l’occupation marocaine en 1975. L’acculant ainsi que  des pays de l’Union européenne,  principalement la France, dans son soutien  au Maroc, lequel se manifeste à divers niveaux, notamment au sein du Conseil de sécurité, des Nations unies, à l’origine de la non  application du droit international, au Sahara occidental, par la tenue du référendum. Situation  confortant le blocage de Rabat de toute solution pacifique du conflit qui l’oppose au Front Polisario,  consacrant le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, depuis 1991, jusqu’à  son  agression militaire, en violation du cessez-le-feu de 1991, des Nations unies, à laquelle l’armée de libération sahraouie a légitiment riposté et  poursuit ses opérations militaires contre l’occupant marocain. Il a appelé, hier, Madrid comme Paris à «  adopter » une position sur le Sahara occidental, conforme non seulement au droit international, mais aussi au droit européen,   notamment  en ce qui concerne les  accords avec le Maroc,  qui occupe illégalement le Sahara occidental et procède à la dilapidation de ses richesses naturelles.  « Nous attendons  à ce que l’UE ne devienne pas, notamment la France et l’Espagne  dans leur soutien », des complices de l’occupation marocaine au Sahara occidental « par la signature d’Accords avec Rabat incluant les territoires  sahraouis ». Poursuivant, le président Brahim Ghali  dira espérer voir Paris et Madrid  ainsi que l’UE, promouvoir des positions sur le Sahara occidental, «  en conformité avec le droit international et le droit de l’union européenne, au Sahara occidental,  la solution démocratique » par l’expression du peuple sahraoui de son droit à l’autodétermination.  À l’adresse de la nouvelle administration à la Maison Blanche, depuis le 20 janvier dernier, date du début du mandat de  Joe Biden, après la défaite de Donal Trump, à la présidentielle américaine, laissant sur le bureau ovale sa décision illégale sur le Sahara occidental, par sa  reconnaissance d’une pseudo souveraineté  marocaine sur le Sahara occidental, le Président Ghali espère voir le président américain Biden corriger cette posture des États-Unis, en opposition du droit international. Invitant  le locataire de la Maison Blanche à corriger la décision en question de son prédécesseur à la tête de la présidence des Etats-Unis,  il dira que par  le retour de Washington à  la Légalité internationale sur le Sahara occidental,  que   les Etats-Unis, au sein du Conseil de sécurité aura à  assurer et  « jouer son rôle »  en matière de préservation de la paix et de la sécurité  internationales.   Affirmant tout au long de son discours, hier, que «   le peuple sahraoui poursuivra sa lutte  pour son indépendance », le président sahraoui, secrétaire général du Front Polisario a souligné, hier, que l’engagement et  la détermination des sahraouis, dont sa jeunesse, dans les camps des réfugiés, territoires libérés et les terres sahraouies occupées et notamment ceux engagés sur le front de la lutte armée  avec courage et bravoure  sont davantage  plus forts, pour  arracher l’indépendance à laquelle se sont sacrifiés nos martyrs depuis 1975.
Karima Bennour