CRÉATION DE LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS ALGÉRIENS : Le dépôt du dossier d’agrément retardé

Prévu initialement pour le 12 novembre dernier, le dépôt du dossier pour la création de la Confédération des syndicats algériens (CSA), regroupant 13 entités syndicales autonomes de la Fonction publique, tarde à se concrétiser sur le terrain, et ce, en raison des difficultés pour la constitution du dossier administratif. Devant être déposé au lendemain de la tenue de l’assemblée constitutive de la confédération (le 10 novembre dernier) l’opération a été retardée pour des raisons administratives, affirment les présidents des différents syndicats qui composent la CSA, qui ne fixent pas la date exacte du dépôt. Partagés, certains diront que cela se fera à la fin de la semaine, tandis que d’autres fixent le rendez-vous pour la fin du mois de novembre. Et pour cause, le dossier manque d’un contrat de location pour le siège de la future Confédération. C’est du moins ce qui a été affirmé par le coordinateur du Snapest, Meziane Meriane, qui ne semble guère gêné par ce retard. «Certes nous avons annoncé le dépôt du dossier en grandes pompes, mais cela n’a pas été fait pour des raisons purement techniques», a-t-il assuré, en précisant que «le dossier est prêt et ne manque plus que le contrat de location du siège de la confédération». Pour lui, un travail bien fait tarde à se concrétiser». «Nous ne voulons surtout pas tomber dans le piège de déposer un dossier incomplet», a-t-il soutenu. Pour sa part, le président du Conseil des lycées d’Algérie, Idir Achour a affirmé que le dépôt est prévu pour ce jeudi. «Nous nous sommes entendus à mettre en place une commission chargée de préparer le dossier d’agrément, qui œuvre à le finaliser», a-t-il dit, tout en assurant que le dépôt se fera au plus tard jeudi prochain. Refusant d’évoquer des contraintes ou de discorde entre les syndicats membres, Idir Achour a assuré que «tout sera prêt dans les délais». Mais selon des sources émanant de la commission, qui ont préféré garder l’anonymat, le dossier sera déposé vers la fin du mois en cours. À noter que ce fameux dossier est composé du statut particulier de la CSA, des agré- ments de chaque syndicat adhérant et des décisions d’adhésions faites lors du conseil national de chaque syndicat (PV), ainsi que les dossiers personnels des membres du bureau exécutif, sans oublier le contrat de location pour le siège de la CSA. Pour ce qui est des affaires qui figurent à la tête des pré- occupations de la CSA, les syndicalistes affirment que «celle-ci devra s’attaquer à trois dossiers clés». Il s’agit de ceux de la retraite, de l’avantprojet du code du travail, mais aussi du pouvoir d’achat des travailleurs. Pour rappel, la création de la confé- dération est attendue depuis plus de deux ans. En effet, en 2016 treize syndicats activant dans différents secteurs, à l’instar de ceux de l’éducation, la formation professionnelle, la santé et les transports, se sont organisés en Intersyndicale pour dénoncer la suppression de la retraite anticipée, l’adhé- sion des syndicats autonomes dans la révision du code du travail, tout en appelant à l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des travailleurs et le pouvoir d’achat.

Lamia Boufassa