Grève Air Algérie

AIR ALGÉRIE : Vers le recrutement de nouveaux techniciens de la maintenance

La compagnie aérienne nationale Air Algérie annonce le recrutement de nouveaux techniciens de la maintenance avion afin de remplacer les grévistes ayant entamé lundi dernier un débrayage pour revendiquer des augmentations de salaire. Selon le directeur de la base de maintenance, Saïd Boulaoued, cette décision s’est imposée après le refus des grévistes de rejoindre leurs postes, en dépit de tous les appels à la raison. Contacté hier par télé- phone, ce responsable a confirmé le recours à une opération d’embauche afin de combler les postes restés vacants depuis une semaine en raison de la grève « anarchique » du personnel de la maintenance. Cette mesure s’est imposée, a-t-il poursuivi, car les contestataires ont refusé de reprendre le travail, en dépit de toutes les tentatives de calmer les esprits. Tout en affirmant que les portes du dialogue restent ouvertes, Boulaoued a estimé que ce mouvement de contestation, qui se poursuit toujours, est toutefois «anarchique» et «illégal». Pour ce qui est des revendications des grévistes, Boulaoued a fait savoir que l’administration se réunissait chaque semaine avec les travailleurs pour examiner les problèmes soulevés. Cependant, a-t-il ajouté, la SNTMA refuse depuis près de quatre mois d’assister à ces réunions sous prétexte qu’elle n’est pas habilitée à aborder la question des salaires. Evoquant la grille des salaires et les primes des techniciens de maintenance, il a soutenu que les ingé-nieurs et les techniciens percevaient un salaire allant de 150 000 à 250 000 DA par mois, faisant remarquer qu’un technicien de maintenance débutant à Air Algérie percevait 65 000 DA pour atteindre 90 000 DA après une année et 150 000 DA après trois années de son installation suite à une formation spécialisée et après l’obtention des primes de poste. Dans le même cadre d’idée, il a rappelé que la situation financière de la compagnie ne permet pas de procéder à une révision de la grille des salaires. S’agissant de l’aspect technique, le responsable a souligné que la grève n’a pas eu d’impact sur la maintenance des appareils concernés par les vols, mais pourrait influencer sur la maintenance des avions concernés par le contrôle périodique. Pour sa part, le conseiller du directeur général d’Air Algérie, Mohamed Charef, avait assuré jeudi, que tous les avions étaient soumis au contrôle technique avant leur décollage. «Aucun avion n’est autorisé à décoller sans subir des contrôles techniques et sans finaliser toutes les procédures administratives», a-t-il déclaré. Le même responsable a estimé que cette dernière était illégale et inopinée d’autant que les intéressés ont refusé, sans aucun pré- avis, de reprendre leur travail en dépit des appels lancés par l’administration pour qu’ils rejoignent leurs postes de travail, ce qui a exigé, a-t-il expliqué, la suspension à titre conservatoire de 13 employés grévistes.
Ania Nait Chalal