Court et simple

Dans tous les commentaires que j’ai lus sur l’impossibilité pour les fruits et légumes d’être contaminés, ces phrases magnifiques de bon sens et de savoir profond d’un médecin algérien, pratiquement inconnu du grand public.
«Je veux bien qu’on me pende haut et court si on arrive à me démontrer que les pastèques et les autres fruits puissent contenir, pour la transmettre, une quelconque maladie dans leur chair. Le seul désagrément qu’on peut avoir en mangeant un fruit malade, comme c’est le cas des dattes, c’est de manger un ver. Sinon, il n’y a aucun fruit capable de transmettre une maladie et, encore plus, entraîner une épidémie. On arrose les arbres avec tout ce qu’on veut, à partir de n’importe quelle eau, aussi sale soit-elle, il n’en sera rien. Les plantes sont propres parce qu’elles ont appris à ne puiser que ce qui les rende plus fortes. Si ce qui coule à leur pied est toxique, elles meurent avant la fleur et le fruit ».
Pour faire court et net, les plantes, dit-il, savent quoi prendre et quoi ne pas prendre quand elles sont arrosées, et elles préfèrent plutôt mourir de mort immédiate que d’être mortelles pour les autres !
I. M. Amine