BAC : Dernière ligne droite pour les candidats

C’est aujourd’hui, donc, que prendront fin les examens du Baccalauréat. Entamées dimanche dernier, ces épreuves avaient été marquées par la fraude via le Net, des rumeurs de fuite et une grande polémique. Hier, encore, bien que des mesures sévères avaient été prises contre les contrevenants, des candidats ont quand même pu tricher, et ce, avec l’utilisation du réseau internet 3G. Décidément, rien ne semble pouvoir arrêter certains candidats au Baccalauréat. Au quatrième jour, certains ont pu quand même s’adonner à la pratique de fraude. En effet, ni le renforcement du dispositif de surveillance, ni les menaces des responsables du secteur n’ont pu les dissuader. Les sujets d’histoire géographie avaient fait le tour de la Toile à quelques minutes seulement du commencement de l’examen, comme ce fut le cas pour le reste des matières, déjà concourues. La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghebrit, avait affirmé mardi dernier, à ce propos, que des mesures fermes seront prises l’année prochaine, en prévision du Baccalauréat 2016 pour faire face à la fraude par l’utilisation des nouvelles technologies, notamment après l’exclusion de 61 candidats fraudeurs aux épreuves du Bac-2015. Elle a ajouté en marge de l’ouverture des plis de l’épreuve de langue française au CEM Mohamed-Lamine-Lamoudi (El-Mohamadia) qu’une commission a été installée, chargée de prendre toutes les mesures nécessaires pour lutter contre la fraude en utilisant des nouvelles technologies, notamment les téléphones mobiles, affirmant que ces mesures seront appliquées au Bac 2016. Elle avait précisé en outre que les candidats exclus ayant publié les sujets du Bac sur les réseaux sociaux feront l’objet de poursuites judiciaires. Réaffirmant qu’il n’y a pas eu de fuite des sujets, Benghebrit a expliqué que des élèves, notamment candidats libres, ont publié les sujets des épreuves du Bac sur Facebook après leur distribution aux candidats. La ministre a appelé, dans le même cadre d’idées, les surveillants à faire preuve de vigilance et à accomplir au mieux leur mission, précisant que trois surveillants et un observateur sont mis au niveau de chaque classe, où composent 20 élèves. Elle a révélé, dans ce sens, un cas de fraude dans lequel est impliqué un surveillant qui a forcé un élève à donner son brouillon à un autre candidat, qualifiant de faute professionnelle grave, l’acte du surveillant qui sera présenté devant le conseil de discipline. Cependant, la ministre n’a pas révélé les noms des wilayas dans lesquelles les cas de fraude ont été enregistrés. Au sujet de l’erreur relevée dans la matière de la langue arabe au premier jour du Baccalauréat concernant le nom du poète, cité par erreur à la place d’un autre, la ministre a réaffirmé que cette erreur incombe à l’Office national des examens et concours (Onec), rassurant les élèves que le système d’évaluation prendra en compte toutes les erreurs pour ne pas les pénaliser. Mis à part les cas de fraude enregistrés, les épreuves du Baccalauréat se déroulent dans de bonnes conditions. À rappeler qu’après cinq jours de stress et de panique, les concourants pourront enfin respirer, puisque c’est aujourd’hui que les examens du Bac s’achèvent. Ces examens, «abordables» pour certains et «difficiles» pour d’autres, laisseront place à une période d’attente. De ce fait, les candidats devront faire preuve de patience, jusqu’à l’annonce des résultats qui aura lieu le 10 juillet prochain.

Ania Nait Chalal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>