Confinement

VU LE RISQUE D’UNE AUTRE VAGUE DE LA PANDÉMIE : Le déconfinement n’est pas pour demain

Le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, docteur Djamel Fourar n’a pas écarté une éventuelle deuxième vague de pandémie après la première qui est, selon lui, sous contrôle malgré le laisser-aller enregistré chez les citoyens les dernières semaines.

Ce qui exige, suggère-t-il, le durcissement des mesures de prévention, tout en appliquant des mesures sévères contre ceux qui refusent leurs application. Justifiant la décision d’assouplissement et l’allègement des mesures du confinement et l’ouverture de certaines activités commerciales dans la première semaine du Ramadhan qui a causé une augmentation dans le nombre des cas contaminés, lors d’un entretien accordé avant-hier soir à la chaïne privée El Chorouk TV, le Dr Fourar a expliqué que cette décision a été prise après la stabilité observée de la situation sanitaire.
Mais le relâchement des citoyens a engendré l’augmentation des chiffres à 199 cas en 24h, indiquant à ce propos que les gens les plus touchés étaient entre 25 et 60 ans. « L’Algérie a pu au début stabiliser la situation, mais la décision de l’ouverture des commerces a influé sur l’état sanitaire, notamment avec le laisser-aller des citoyens qui n’ont pas pris en considération les mesures barrières ». à ce titre le Dr Fourar estime que la réouverture des commerces est toujours possible, mais si seulement le citoyen respecte les mesures de prévention. Entendre la distanciation sociale, le port du masque qui « devrait être obligatoire » dit-t-il.
D’ailleurs, « le comité recommande l’application des mesures fermes contre ceux qui refusent d’appliquer les mesure de prévention, car c’est la seule solution pour diminuer les cas de contamination », suggère-t-il tout en proposant un durcissement des mesures sanitaires. Le porte-parole du comité scientifique appelle les citoyens à faire preuve de plus conscience et de responsabilité en cette période difficile.
De son côté, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid s’est exprimé sur la possibilité de déconfinement. Ainsi, il prévenu que le port du masque demeurait la seule mesure barrière permettant d’aller au déconfinement et de réduire de façon spectaculaire la propagation de la pandémie du Covid-19.
Sarah Oubraham