Idir-SOEUR

La sœur de Idir rassure

L’enterrement du chanteur Idir, de son vrai nom Hamid Cheriet, n’a pas encore eu lieu en raison de la pandémie du Coronavirus qui touche pratiquement tous les pays du monde. Décédé samedi dernier à l’âge de 71 ans, Idir n’est pas encore enterré, ce qui meurtrit davantage sa famille. Son enterrement est prévu en France dans la région parisienne et sa dépouille ne peut être rapatriée en Algérie en raison des mesures prises de par le monde contre la propagation de la pandémie du Covid. Toutefois, dans une lettre rendue publique par Djamila Cheriet, sœur du défunt, on croit savoir à travers ses propos que la dépouille de Idir pourrait être rapatriée plus tard en Algérie, après la pandémie du coronavirus. « Il aura tôt ou tard un enterrement de roi comme le souhaitaient sa famille…son village ses fans…ses amis », a-t-elle fait observer. Il pourrait ainsi être enterré dans son village et sa terre natale, l’Algérie, sachant que son vœu était de reposer en paix dans la terre de ses ancêtres. Dans sa lettre, Djamila Mila Cheriet, sœur de Idir a écrit : « Je ne saurai jamais vous remercier pour vos sincères condoléances. Mon frère est également le vôtre.

Hakim Medane, salue le personnel soignant
L’ex international algérien, et double champion d’Afrique avec la JS Kabylie, Hakim Medane, s’est montré solidaire avec les blouses blanches en guise de leurs efforts considérables, et plus particulièrement pendant ce mois sacré du Ramadan, durant lequel, ils continuent sans relâche, à faire face à la propagation alarmante du Covid-19. À cet effet, l’actuel membre exécutif au bureau fédéral de la FAF, Hakim Medane, qui rappelons-le, a énormément contribué dans le succès des Fennecs lors de l’édition Égyptienne 2020, en sa qualité de manager général des Verts, s’est adressé au corps médical, il déclare ; « En ces moments durs à cause de la pandémie COVID-19, avec toutes ses conséquences difficiles sur l’ensemble de la population sans exception. Les blouses blanches continuent à lutter contre cette fâcheuse maladie. Je tiens donc à rendre hommage et remercier, mais aussi à féliciter le personnel soignant dans toutes ses catégories, j’applaudis vivement vos efforts, et je vous souhaite de tout cœur beaucoup de courage pour tout ce que vous faites, que dieu soit avec vous, et ensemble on vaincra Insha’Allah cette pandémie, Merci », déclare t-il dans son message vidéo, qui est publié intégralement sur la chaîne Youtube du quotidien national (la Sentinelle).

Le réalisateur d’un clip contre Sissi meurt en prison
L’auteur d’un clip critique contre le président égyptien est mystérieusement mort en prison à l’âge de 24 ans à peine. Chadi Habache avait été placé en détention en mars 2018, pour de «diffusion de fausses nouvelles». Le jeune Égyptien qui avait été emprisonné après avoir réalisé le vidéoclip d’une chanson très critique contre le président Abdel Fattah al-Sissi est décédé samedi dans une prison du Caire, a affirmé son avocat. Chadi Habache, âgé de 24 ans, est mort dans la prison de Tora, a précisé à l’AFP Ahmed al-Khawaga, qui n’a pas été en mesure de donner les raisons du décès. «Cela faisait quelques jours que son état de santé se détériorait (…) Il a été hospitalisé puis il est revenu hier soir en prison où il est mort dans la nuit», a-t-il précisé, sans donner plus de détails. Chadi Habache avait été placé en détention en mars 2018, accusé de «diffusion de fausses nouvelles» et «appartenance à une organisation illégale», selon le parquet. «La prison ne tue pas, c’est la solitude qui tue (…) j’ai besoin de votre soutien pour ne pas succomber (…) je meurs lentement tous les jours», écrivait Chadi Habache dans une lettre en octobre 2019, publiée samedi sur Facebook par la militante des droits humains et écrivaine Ahdaf Soueif après l’annonce de son décès.

Le directeur du CHUnde Tizi-Ouzou remercié
Le directeur du Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Tizi-Ouzou, Pr Abbes Ziri a été démis de ses fonctions. « Par décret exécutif du 25 Chaâbane 1441 correspondant au 19 avril 2020, il est mis fin aux fonctions du directeur général du centre hospitalo-universitaire (C.H.U) de Tizi-Ouzou, exercées par M. Abbes Ziri », lit-on dans le texte paru jeudi au journal officiel n°26. À noter que dans la wilaya de Tizi-Ouzou, la situation de la pandémie du coronavirus s’est stabilisée ces derniers jours avec une baisse sensible du nombre de cas recensés quotidiennement alors que les décès sont devenus quasi nul, selon les chiffres communiqués quotidiennement par les autorités concernées. Tizi-Ouzou compte 145 cas confirmés de covid-19 dont 22 décès et 78 patients guéris et ce, depuis l’apparition de l’épidémie en Algérie le mois de février dernier.

L’armée française supprime sa publication sur l’Algérie et la Kabylie
Suite à une vague d’indignation sur les réseaux sociaux, l’état-major des armées françaises a supprimé de son compte Twitter la photo polémique évoquant l’Algérie et la Kabylie. La photo, publiée le 27 avril dernier, aurait été retirée également des moteurs de recherche. Elle n’est plus visible sur les comptes de l’armée française, ni sur Google, a-t-on constaté. Il était temps !

Le baromètre du «courrier»
Profil haut Pr Abderrahmane Benbouzid, ministre de la Santé
Placé au premier rang de la ligne de front en matière de lutte contre le coronavirus, le ministre de la Santé s’en sort à très bon compte, gérant fort bien les volets techniques que ceux liés à la « com » avec une rare prestance.

Profil bas Les chaînes de télévision privées
Ces chaînes en question, la plupart d’entre elles du moins, collectionnent les impairs et les écarts les plus graves qui soient. Le travail du président de l’ARAV n’est franchement pas de tout repos.

Mis aux poings

« L’abandon par Washington de l’accord sur le nucléaire est une erreur. Nous mettons en garde contre de graves conséquences si ses alliés acceptaient de prolonger l’embargo sur les armes », Hassan Rohani, président iranien.
- Washington n’en est pas à une « grave erreur » près…