Ministre bateau

Visite inopinée du ministre des Transports au navire «Tarik Ibn Ziyad»

Le ministre des Transports, Aissa Bekkai a effectué, mardi, une visite inopinée au port d’Alger, afin de s’enquérir de la situation du navire « Tariq Ibn Ziyad », à l’arrêt depuis mai 2021, a indiqué un communiqué du ministère. Lors de cette visite, Bekkai a inspecté les différents équipements et structures de ce navire de l’Entreprise nationale du transport maritime des voyageurs (ENMTV), entré en exploitation en 1995, a précisé le communiqué. Ce navire est à l’arrêt depuis le mois de mai dernier, en raison de défaillances techniques et de l’expiration des certificats internationaux relatifs aux normes de sécurité. Le ministre a écouté des explications fournies par l’équipage du navire concernant ses caractéristiques, sa valeur commerciale et ses problèmes, de même que l’impératif de l’inspection et du contrôle de ce navire a été mis en exergue en vue de renouveler les certificats qui sont des documents essentiels à bord du navire, ajoute-t-on de même source. Bekkai a insisté, dans ce sens, sur l’importance de procéder à toutes les opérations d’entretien, de maintenance et de réhabilitation de ce navire et de renouveler ses certificats afin de lui permettre de relancer son activité commerciale dans les plus brefs délais, outre le renforcement de la flotte du transport maritime des voyageurs, a conclu le communiqué.

Plus d’un tiers de la population mondiale pas connectée à internet
Plus d’un tiers de la population mondiale, soit 2,9 milliards de personnes, ne s’est toujours pas connectée à l’internet, même si la pandémie a démontré l’importance cruciale du réseau pour continuer à travailler ou étudier et a dopé les connexions, selon l’ONU. Environ 4,9 milliards de personnes ont surfé sur le net cette année, selon les nouvelles données collectées par l’Union internationale des télécommunications (UIT) publiées mardi. Ce sont 800 millions de personnes de plus qu’avant la pandémie. La lutte contre le Covid-19 a forcé la fermeture d’innombrables entreprises et écoles à travers le monde, parfois de long mois et poussé les employés et écoliers, qui le pouvaient, à aller sur l’internet pour continuer à travailler et étudier. Pour autant, l’accès reste inégal.
La quasi-totalité des personnes exclues habite dans un pays en développement, soit 96%. Et pour des centaines de millions d’autres, qui ont accès au réseau, ils ne peuvent le faire qu’avec des dispositifs qu’ils partagent avec d’autres et/ou ne peuvent avoir que du bas débit, qui limite drastiquement ce qu’ils peuvent faire sur internet. « Il reste encore beaucoup à faire », selon le secrétaire général de l’UIT Houlin Zhao. L’augmentation inhabituellement élevée du nombre des utilisateurs laisse penser que la pandémie a encouragé à se connecter.

Covax bat un record de livraisons de doses et demande un effort aux donateurs
La redistribution de vaccins anti-Covid aux pays pauvres a battu un record mais les pays donateurs doivent faire une effort pour faciliter leur distribution et éviter le gâchis, a demandé mercredi le patron de l’Alliance du vaccin. Trop souvent, les doses sont livrées sans seringue ou diluant, proche de la date de péremption, sans prévenir et en petits lots. « COVAX a connu sa plus grosse journée avec la livraison de plus de 11 millions de doses en 24 heures », s’est félicité sur Twitter Seth Berkley, qui dirige l’Alliance du vaccin (Gavil), un des piliers du système de distribution équitable Covax avec l’OMS et l’Unicef notamment. Le record a été battu le 29 novembre, avec 11.386.090 doses livrées dans six pays, a précisé un porte-parole de Gavi. Si le processus de distribution s’accélère après une longue période marquée par de graves difficultés d’approvisionnement, le virus du Covid-19 continue de tirer avantage du fossé qui sépare les taux de vaccination des pays riches de ceux extrêmement bas dans les pays pauvres. Certains n’hésitent pas à attribuer l’apparition du variant omicron à cette inéquité. Au total, Covax avait livré 563 millions de doses dans 144 pays au 29 novembre, très loin de l’objectif de 2 milliards d’ici fin 2021 que le système s’était initialement fixé.

Constantine : saisie de près de 16 000 comprimés psychotropes à Ali Mendjeli
Les services de la brigade mobile de la police judiciaire de la circonscription administrative Ali Mendjeli relevant de la sûreté de wilaya de Constantine ont saisi près de 16.000 comprimés psychotropes, a-t-on appris hier auprès de ce corps de sécurité. Agissant sur la base d’informations confirmées, l’enquête déclenchée par les éléments de cette brigade ont permis l’arrestation d’un trafiquant à bord d’un véhicule de tourisme, a précisé la cellule de communication et des relations publiques de la sûreté de wilaya. Le suspect, âgé de 28 ans, a été arrêté au niveau de l’une des unités de voisinage de Ali Mendjeli, a indiqué la même source. Les investigations engagées par la suite ont contribué à la saisie également d’une somme d’argent, issue du trafic de drogue, en plus du véhicule utilisé dans le transport de la drogue, a-t-on souligné. Le mis en cause a été présenté devant le parquet de la commune d’El Khroub pour « trafic de drogue, achat, possession et vente illicite de psychotropes à l’aide d’un véhicule », a-t-on signalé.

Aïn Temouchent : démantèlement d’un réseau de trafic de drogue
Les éléments de la sûreté urbaine de la commune de Hassi El Ghella (Aïn Témouchent) ont démantelé un réseau criminel spécialisé dans le trafic de drogue, en plus de la saisie de 11,2 kg de kif traité et l’arrestation de quatre (4) mis en cause, a-t-on appris mardi auprès de la sûreté de wilaya d’Aïn Témouchent. Cette opération a été effectuée après exploitation d’informations faisant état de l’existence d’un réseau criminel qui active dans le trafic de drogue. Après investigation sur le terrain, les éléments de la sûreté urbaine de la commune de Hassi El Ghella relevant de la daïra d’El Amria, ont réussi à identifier un des membres de ce réseau et à l’arrêter dans le territoire de la commune, a indiqué la cellule de communication et des relations publiques de la sûreté de wilaya. Lors de son interrogatoire, il a révélé le lieu où se trouve la drogue. La police qui s’est déplacée sur les lieux a découvert 11,2 kg de kif traité, soigneusement dissimulés sous le sable dans la forêt de Sassel, selon la même source. Le principal accusé a révélé l’identité de ses trois acolytes dont deux ont été arrêtés et il s’est avéré que le troisième est incarcéré dans un établissement pénitentiaire pour une autre affaire, a-t-on fait savoir.

Découverte d’une momie attachée vieille de 800 à 1.200 ans au Pérou
Des archéologues péruviens ont découvert dans la banlieue de Lima une momie préincaïque, vieille d’entre 800 et 1.200 ans, attachée à l’aide de cordelettes, a indiqué à la presse un responsable de la fouille. La momie, qui a le visage couvert avec ses mains, est vraisemblablement un homme âgé d’entre 18 et 22 ans, enterré entre 800 et 1200 après Jésus Christ. Elle a été découverte dans une chambre funéraire de forme conique à 1,40 mètre de profondeur sur le site archéologique de Cajamarquilla, à 24 km à l’est de Lima. « Il s’agit d’une momie attachée à l’aide de cordelettes », a raconté à la presse l’archéologue Pieter Van Dalen, responsable du projet Cajamarquilla. « C’est une caractéristique particulière et unique » pour l’époque et le lieu, selon lui. Le squelette d’un cochon d’Inde et celui d’un autre animal qui pourrait être un chien ont été mis à jour dans la même chambre funéraire, qui contenait également des restes de maïs et d’autres végétaux. Selon M. Van Dalen, Cajamarquilla était un important centre urbain, d’environ 10.000 à 20.000 habitants, construit vers l’an 200 avant Jésus Christ et qui est resté occupé jusqu’au 16e siècle de notre ère.