portp3

TEBBOUNE ORDONNE LA FERMETURE IMMÉDIATE DES PORTS SECS NON AUTORISÉS : Sale temps pour les barons des containers

Il est de notoriété publique que l’activité de l’import-import, accentuée par des pratiques de surfacturation quasi-systématiques, a œuvré à saigner à blanc nos réserves de changes, tout en ruinant une économie déjà agonisante.

Il est également admis que cette question touche directement la sécurité et la souveraineté du pays. Mais, comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, et que le président Tebboune a demandé du temps pour concrétiser certaines de ses promesses électorales, voilà qu’un grand coup de pied vient d’être donné dans la fourmillière qui abrite la terrible mafia des containers. En effet, à l’issue du conseil des ministres de ce dimanche, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a ordonné la fermeture immédiate des ports secs non autorisés, et de faire obligation à ceux autorisés de se doter de scanners pour faciliter le contrôle par les douanes et renforcer les mesures de sécurité, a indiqué un communiqué de la Présidence. Cette décision, dont l’entrée en vigueur est immédiate, vient alimenter cette entreprise de longue haleine visant à décapiter la mafia de l’import-import. Il n’est un secret pour personne, par exemple, que la gestion de la quasi-totalité des ports secs a été attribuée, dans une totale opacité soit dit en passant, aux rejetons de certaines anciens pontes du système. Usant et abusant de leur trafic d’influence, exercé littéralement au grand jour, les pires dépassements en ont été « légalisées, tandis que des fortunes colossales, de véritables empires financiers, se sont construits en un rien de temps, à moindres efforts et à l’aide d’investissements de base quasi-nuls.
C’est ce qui explique aussi que la corruption, ce véritable « sport national » ait étendu ses tentacules au plus profond de certaines institutions directement touchées par la surfacturation et les fausses déclarations douanières. D’ailleurs, à l’issue d’un exposé sur la maîtrise des importations de services et la problématique des ports secs, présenté par le ministre des Finances, M. Tebboune a mis en garde contre les risques que représentent certains ports secs, dans leur état actuel, pour la sécurité et la souveraineté nationales ainsi que pour le Trésor public. Voilà pourquoi le Président a également chargé le Gouvernement de réorganiser ce secteur et de l’annexer aux ports nationaux en vue de garantir le service de maintenance après-vente, la sécurité et la souveraineté nationale, et de mettre un terme au gaspillage de la devise. Durant son exposé, le ministre des Finances a proposé le traitement de la problématique des ports secs en préconisant une révision globale du système en vigueur. Intervenant à ce sujet, le président de la République a ordonné de développer la flotte maritime nationale pour être en mesure, d’ici la fin de l’année en cours, de prendre en charge totalement le transport des marchandises, ce qui permettra de réaliser des économies en devises, d’éviter la surfacturation et de consolider l’économie nationale.
En matière de maintenance, M. Tebboune a ordonné que la priorité absolue dans l’octroi des contrats de maintenance soit accordée « aux enfants de la patrie », en relevant que certains contrats signés avec des parties étrangères pour de longues durées ne prévoient pas de transfert technologique alors que le niveau des diplômés des universités algériennes s’est amélioré. Quoi qu’il en soit, il ne s’agit rien moins que d’une nouvelle et sérieuse estocade dans le flanc de la mafia des containers en attendant que celle-ci soit jetée définitivement à bas…
Mohamed Abdoun