RASD

SAHARA OCCIDENTAL : Solidarité mondiale et appui à la lutte pour l’indépendance    

Les participants à une conférence arabe de solidarité avec la cause sahraouie, organisée à l’occasion du 45e anniversaire de la RASD, ont affirmé leur soutien à la lutte du peuple sahraoui, à ses revendications légitimes à l’indépendance et la liberté et à sa cause juste inscrite en vertu des pactes et statuts aux questions de décolonisation.
Lors d’une conférence de solidarité avec la cause sahraouie, à l’occasion du 45e anniversaire de la proclamation de la RASD qui coïncide avec le 27 février de chaque année, organisée par la mission diplomatique  du Sahara occidental et les représentants du Front Polisario au Mashreq, les participants ont affirmé dans leur déclaration finale que cette conférence « se veut une sorte de solidarité avec la légalité internationale et le respect des droits de l’homme qui sont des idéaux  et des principes consacrés dans la lutte du peuple sahraoui et sa cause juste ». Ils ont exprimé leur soutien « au peuple sahraoui et sa cause juste classée par la communauté internationale en tant que question de décolonisation et aux détenus civils sahraouis et les défenseurs des droits de l’homme et à leur tête la militante Sultana Kheya ».
Les participants ont également salué la lutte du peuple palestinien et l’ensemble des résistants pour la liberté, la justice et les droits de l’homme.
Ils ont également évoqué les tensions politiques prévalant dans le monde, notamment dans la région du Maghreb désormais menacée par le danger sioniste après la normalisation du Maroc de ses relations avec l’entité sioniste au détriment des peuples palestinien et sahraouis et sa politique de fuite en avant en violant le cessez-le-feu le 13 novembre dernier qui a entraîné la fin des conventions pertinentes.

Le Comité palestinien condamne l’agression marocaine
Dans ce contexte, le président du comité palestinien de solidarité avec le peuple sahraoui, M. Ahmed Madi a condamné l’agression barbare dont a été victime la militante sahraouie des droits de l’Homme, Soltana Kheya, un acte s’inscrivant dans la campagne barbare d’harcèlement menée par les forces d’occupation marocaine contre les militants sahraouis.
À l’occasion du 45e anniversaire de la proclamation de la République sahraouie (RASD), l’avocat palestinien a félicité le peuple sahraoui, tout en réitérant l’engagement et l’appui du Comité palestinien en faveur d’une solution politique juste et durable au conflit sahraoui, à même de garantir le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, conformément aux
résolutions des Nations unies.
L’avocat palestinien a dénoncé, lors de la conférence, l’attaque répressive féroce dont font l’objet les enfants du peuple sahraoui, une démarche intervenant en représailles vis-à-vis du retour à la lutte armée proclamée par le peuple sahraoui et son représentant légitime le Front  Polisario, le 13 novembre 2020, après la violation par le régime marocain de l’accord de cessez-le-feu conclu en 1991, conséquemment à l’agression des forces de l’occupant contre les civils pacifiques dans la brèche illégale d’El-Guerguerat.
Depuis le Liban, M. Hani Mendès, président du Congrès anti-normalisation culturelle avec le sionisme, a relevé le blackout médiatique exercé par le régime marocain qui tente, par tous les moyens, d’occulter la guerre qui se poursuit, ainsi que les attaques militaires sahraouies qui prennent pour cible, tous les sites militaires  marocains tout au long du mur de sable.
Depuis Caracas , le  Forum latino-américain et caribéen de solidarité avec le peuple sahraoui a condamné jeudi la vague de répression menée par les autorités de l’occupation marocaines au Sahara occidental, et exhorté la communauté internationale à mettre fin à l’occupation illégale de la dernière colonie en Afrique.
« Nous reconnaissons et soutenons la juste lutte du peuple sahraoui pour sa décolonisation, son autodétermination et son indépendance, menée par son organisation et le seul représentant légitime, le Front Polisario », affirment, dans une déclaration finale, les participants à la conférence de soutien au peuple sahraoui, abritée par la capitale du Venezuela à l’occasion du 45e anniversaire de la proclamation de la RASD.
Rappelant que la RASD est un membre fondateur de l’Union africaine (UA) et entretient des relations diplomatiques avec des dizaines d’États dans le monde, les participants à la visioconférence de Caracas exigent « la fin des violations constantes des droits de l’Homme et des droits collectifs du peuple sahraoui, le démantèlement du mur de la honte, construit par le Maroc, qui traverse ce territoire sur 2720 km et qui est jonché de mines antipersonnel et antichar qui font chaque année des morts, dont des femmes et des enfants, qui survivent mutilés ».
« Dans les territoires sahraouis occupés, les personnes qui manifestent pacifiquement pour leur indépendance sont emprisonnées, battues et disparues de force », déplorent-ils citant entre autres, le cas de la militante Sultana Kheya, violemment agressée par les forces de l’occupation, et actuellement assignée à résidence.

Appel à la libération des prisonniers sahraouis
Un appel à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis qui se trouvent dans les geôles de l’occupation marocaine, condamnés à l’issue de procès illégaux et sans garanties de procédure régulière, a été en outre lancé lors de la conférence.
Les participants dénoncent, par ailleurs, « le pillage des ressources naturelles au Sahara occidental, malgré les résolutions de l’ONU qui l’interdisent pour le Maroc et des entreprises marocaines, espagnoles et françaises, entre autres ».
Ils exigent dans ce sens « que les entreprises qui opèrent dans la région, et l’Union européenne, respectent le droit international et les droits économiques de la population sahraouie sur ses ressources ».
Le  Forum latino-américain et caribéen de solidarité avec le peuple sahraoui  estime que « l’inaction de l’ONU, due notamment au blocus de la France au sein du Conseil de sécurité, est la principale responsable qui a ouvert, finalement, la voie à la reprise de la guerre », après la rupture par le Maroc du cessez-le feu de 1991 et son agression lancée à El-Guerguerat le 13 novembre dernier contre des Sahraouis qui manifestaient pacifiquement. Au sujet de la décision le 10 décembre dernier de l’ancien président Donald Trump sur la reconnaissance par les États-Unis de la prétendue
souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, les intervenants disent « nier et condamner » cette annonce et précisent qu’ »aucune organisation multilatérale au monde ne reconnaît la prétendue et fausse souveraineté du Maroc ». Enfin, ils exigent que les médias traitent le conflit au Sahara occidental avec l’importance et la pertinence qu’il mérite ». « La cause sahraouie est une lutte légitime réduite au silence et rendue invisible par les grands réseaux médiatiques », déplorent-ils.
Parmi les signataires de la Déclaration figurent, Monica Valente, secrétaire exécutive du Forum de Sao Paulo, Manuel Zelaya Rosales, ancien président du Honduras, Esteban Silva, analyste coordinateur international de l’Association chilienne d’amitié avec la RASD, l’Association d’amitié latino-américaine avec la RASD, le Comité chilien de solidarité avec la Palestine, le Mouvement du socialisme allendiste du Chili, le Mouvement politique Tejando Pueblo du Guatemala et l’Association d’amitié latino-américaine avec la RASD.
M. B.