épuration

PROJET D’ÉPURATION DES EAUX USÉES À ALGER : 70 % de taux d’avancement des travaux

Le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh ,a effectué, hier, à Alger, une visite d’inspection sur quelques projets hydrauliques dans les communes de Kouba, Gué de Constantine, Zeralda et Mahelma, où il a mis en service le collecteur de décharge 4000 mm et du premier lot d’Oued Ouchaïah qui est à 95% de taux d’avancement.
Zoukh a déclaré que «la station d’épuration des eaux usées de Zeralda va être inaugurée en juin prochain, dont son impact social est la collecte des eaux usées de (Zéralda, Tessala El Merdja, Mahelma et le Sud de Douéra), la protection de la zone littorale Ouest de la wilaya d’Alger, l’élimination des rejets vers Oued Mazafran et la réutilisation des eaux épurées dans l’arrosage des terre agricoles, sans oublier la station d’épuration de Mahelma, la nouvelle ville de Sidi Abdellah qui sera inaugurée en 2020 » a-t-il expliqué.
Lors d’un point de presse, le wali d’Alger a annoncé que «le taux d’avancement des projets d’épuration des eaux usées à Alger est arrivé à 70%, et va se compléter à 100% lors de la mise en service de l’ensemble des projets» en ajoutant que «le projet d’aménagement d’Oued El Harrach va s’achever d’ici la fin de cette année en cours, dont son impact socio-économique est la lutte contre les inondations, par la prise en charge de crues Élimination des sédiments et de la pollution, création d’espaces verts et de loisirs pour les populations riveraines, création d’un pôle d’attraction pour le tourisme)». Plus loin encore, Zoukh a fait savoir que notre pays est participant d’une convention international qui oblige tous les pays à respecter les eaux de mer. De son côté, le chef du projet d’aménagement de Oued Ouchaiah, Mme Bougawa, nous a expliqué, en marge de cette visite, que «ce projet a démarré il ya environ 2ans et il est inscrit dans le cadre de la protection contre les inondations à Alger» en indiquant que«ce projet a été divisé en 2 lots par rapport à la mature des travaux le premier lot consiste à la réhabilitation d’un collecteur de décharge de 4000 mm qui démarre de Ain Naâdja, pour se jeter à Oued El Harrach», en citant que« ce collecteur est fait pour intercepter une plus grande quantité d’eaux pluviales et eaux usées», en évitant de passer par le tissu urbain à Alger, qui cause les inondations «les eaux usées sont détournées pour aller directement dans les stations d’épurations» a-t-elle ajouté. Mme Bougawa a affirmé que «le deuxième lot est presque fini car son taux d’avancement est à 95%» a-t-elle cité.
Lilia Sahed