libyep4

PROCESSUS DE RÉCONCILIATION LIBYENNE : Dbeibah sollicite la participation de l’Algérie

Le chef du gouvernement d’unité nationale libyen, Abdelhamid Dbeibah, accompagné d’une importante délégation ministérielle, au terme de sa rencontre, dimanche avec le président de la République, Abdelmadid Tebboune, a fait savoir qu’il a exprimé la demande de voir l’Algérie jouer un rôle dans le processus de la réconciliation en Libye.

La demande du chef de l’exécutif libyen Abdelhamid Dbeibah l’a annoncé, lors de ses déclarations aux médias, sur la teneur de sa rencontre avec le président Tebboune, au deuxième jour de sa visite, la première qu’il effectue, en Algérie, depuis sa nomination, mi-mars dernier, à la tête du gouvernement d’unité nationale libyen, issu du processus politique inter-libyen, visant la tenue des élections générales, décembre prochain, chez notre voisin de l’Est. Affirmant que « l’Algérie ne s’était pas ingérée dans les affaires libyennes au cours des 10 dernières années », le PM libyen a indiqué que son pays «considère l’Algérie comme un frère aîné » et a exhorté la partie algérienne de poursuivre son soutien à la Libye et aux Libyens, exprimant la demande de voir Alger « participer » au processus de la réconciliation nationale libyenne.
Dans un communiqué rendu public, la présidence de la République a fait savoir que la Libye, via son chef de gouvernement d’unité nationale, A. Dbeibah avait lors de sa rencontre, avec le président de la République A. Tebboune la participation de l’Algérie à jouer un rôle déterminant à la réconciliation nationale libyenne car, poursuit la même source « l’Algérie est qualifiée pour diriger et soutenir» le processus de réconciliation, lequel est demandé par l’ensemble des acteurs libyens, car soucieux de voir leur pays renouer avec la vie politico-institutionnelle, dans la durée. Et à l’occasion des rencontres du responsable libyen, avec les responsables algériens, à leur tête le président de la République, que l’Algérie a réitéré, pour la enième fois sa position constante sur son « soutien continu » à la Libye et au peuple libyen, ainsi qu’ « à la réconciliation nationale en Libye ». De son côté, la cheffe de la diplomatie libyenne, animant un point de presse avec son homologue, Sabri Boukadoum dimanche, deuxième et dernier jour de la visite officielle du staff gouvernemental libyen, conduit par son chef, Abdelhamid Dbeibah, saluant « le rôle constant de l’Algérie », Mme Nadjla Al-Mangouche a salué aussi «les efforts inlassables de l’Algérie pour préserver la souveraineté libyenne, son intégrité territoriale et son indépendance » en sus, a-t-elle ajouté «de sa solidarité pleine pour réaliser la réconciliation nationale », a déclaré la MAE libyenne. Ne manquant pas par la même occasion de saluer «  le rôle positif de l’Algérie et son accompagnement du processus onusien dans le cadre des résultats de l’accord de Genève » , elle rappelle que ce processus, de la Conférence de Berlin à l’étape de l’Accord de Genève, qui « s’était couronné par la tenue de l’organisation de l’élection présidentielle pour le 24 décembre 2021 sur des bases constitutionnelles ». Relevant que le renforcement des voies de coopération bilatérale, entre l’Algérie et la Libye «  requiert d’intensifier les efforts et accorder davantage d’intérêt au développement de nos relations », il est également question « d’aplanir tous les obstacles qui entravent la réalisation d’une coopération économique et d’un échange commercial efficace (entre les deux pays)  », a-t-elle indiqué. Poursuivant elle a indiqué que son homologue Sabri Boukadoum « a coopéré avec nous dans ce domaine et accepté d’ouvrir le poste frontalier de Deb Deb » qui constitue, a-t-elle indiqué «  un point vital entre l’Algérie et la Libye ». Aussi elle ajoutera plus loin que la partie algérienne « a promis d’ouvrir incessamment un autre poste frontalier pour faciliter les voies de coopération entre les deux pays » saluant « cette coopération et la souplesse dans la réponse aux demandes libyennes en cette conjoncture ».Rappelons que le chef de la diplomatie algérienne, Sabri Boukadoum a annoncé pour bientôt l’ouverture du poste frontalier Deb Deb (Algérie) –Ghadames (Libye) « avec la fin des derniers préparatifs en cours » outre l’ouverture de la ligne maritime entre Alger-Tripoli, prochainement.
La cheffe de la diplomatie libyenne a fait savoir, également dimanche, «  avoir évoqué avec M. Boukadoum la relance de la tenue de la grande Commission mixte » la 14eme pour rappel, et de l’organiser, a-t-elle poursuivi «  à l’avenir au niveau ministériel, pour l’examen de plusieurs dossiers prioritaires » notamment en lien cite-t-elle, aux secteurs du commerce, de la sécurité, de la santé, de la migration clandestine et les voies de coopération dans la sécurisation des frontières ainsi que « l’activation des conventions sécuritaires en vue de renforcer les liens de coopération sécuritaire »a-t-elle précisé.
Karima Bennour